Notice: Trying to get property of non-object in /home/parkosha/masterjira.com/wp-content/plugins/ninja-popups/arscode-ninja-popups.php on line 3323
décembre 1, 2017 – Master JIRA

Your address will show here +12 34 56 78
Blockchain

L’Afrique francophone est en ébullition. En effet la jeunesse gronde et réclame à corps et à cri une prise de conscience panafricaniste sur bien des fronts :
+ le respect et la dignité du peuple noir en manifestant contre l’esclavage,
+ le rejet de l’ancien colon qui ne veut pas perdre son emprise sur les richesses africaines,
+ la renaissance des langues africaines dans toute leur splendeur,
+ et l’autonomie économique totale, pour ne citer que ceux-là.

L’un des fers de lance de cette dernière bataille est l’abandon du FCFA comme monnaie et l’adoption d’une monnaie propre. Mais comment créer une monnaie classique forte, lorsqu’on sait que l’économie de nombreux pays africains francophones , anciennes colonies françaises, ou européennes, ne remplit aujourd’hui pas les critères permettant l’émergence d’une monnaie forte, une monnaie garantissant premièrement un maintien de leur niveau économique (pas de dévaluation ni de répression), et deuxièmement une croissance du pouvoir de la monnaie : les pays africains souffrent d’un manque d’industrialisation forte dans tous les secteurs,  les investissements étrangers (autres que l’ancien colon) sont souvent frileux, le tissu entrepreneuriale n’est pas encore suffisamment fort ( avec la présence non seulement de TPE/PME mais aussi de compagnies nationales et multinationales d’origine locale, etc…).

A l’heure où la technologie avance à la vitesse de la lumière, une monnaie a déjà vu le jour : le bitcoin. Alors est-ce possible pour les pays africains désirant une monnaie qui leur serait propre, d’adopter et contextualiser cette monnaie ?

 


Déjà, Le bitcoin, qu’est-ce que c’est ?


Le bitcoin est une monnaie électronique décentralisée. La seule qui permet aux particuliers de faire des transactions entre eux sans aucun intermédiaire, surtout pas les institutions financières ! Cette particularité permet d’avoir des frais de transaction plus bas. Les bitcoins sont utilisables dans tous les pays, ne sont pas gelables, et ne sont soumis à aucune condition particulière lors de leur utilisation.


Pour les générer, n’importe quel utilisateur (qui en a la capacité) via le réseau internet fait tourner des logiciels qu’on appelle « mineur de bitcoins », de façon prédictible et limitée ; exit donc les banques centrales et toutes les réglementations lourdes en vigueur. Ils sont ensuite contenus dans des porte feuilles, exactement comme les portefeuilles électroniques. Pour résumer, pour créer des bitcoins il faut un réseau internet et des utilisateurs des logiciels mineurs de bitcoins.

 

 

 

L’un des gros avantages des bitcoins est la transparence qu’ils offrent. En effet le bitcoin est un logiciel libre tout y est donc public :
+ les protocoles de base,
+ les algorithmes cryptographiques utilisés,
+ les programmes les rendant opérationnels,
+ les données des comptes
+ et les débats des développeurs.

En ce qui concerne le côté pratico pratique, on peut déjà les utiliser pour réaliser des achats sur certaines plateformes. On peut en recevoir d’une tierce personne, ou on peut tout simplement les échanger contre les devises comme le dollar, l’euro, le Yuan, etc… Il est également possible de les gagner en participant aux opérations de contrôle collectif de la monnaie.  Il n’y a aucun frais d’émission ou de conversion de cette monnaie, ce qui permet à certains entrepreneurs de se démarquer en les acceptant.

En tant que monnaie le bitcoin est à la fois un intermédiaire de paiement et une réserve de valeur.

En résumé le bitcoin est une monnaie utilisable partout, et émissible partout.

 

 

 

Bye bye FCFA, bonjour Bitcoin? 

 


Plusieurs raisons sont évoquées pour rejeter le CFA :
+ taux de change dépendant de l’euro,
+ monnaie fabriquée en France,
+ réserves de change stockées au trésor français,
+ et enfin le CFA est considéré comme un outil de néo colonialisme nocif à une économie africaine prospère.

En effet nos économies ne sont pas suffisamment fortes pour être adossées, via le taux de change, à une monnaie aussi forte que l’euro. La nécessité de maintenir un taux de parité stable entre le CFA et l’Euro bride les politiques de promotion interne du tissu économique africain.

Le fonctionnement actuel est le suivant :
+ la Banque de France fabrique les FCFA et les stocke dans ses réserves.
+ Elle en met à disposition de la BEAC qui elle les met à la disposition des différents ETATS.


Conserver un taux de change fixe entre l’Euro et le FCFA garantit la non dévaluation du FCFA, et donc le niveau de vie des populations. Pour ce faire, il faut que les réserves de CFA contenues à la Banque de France soient maintenues.

Chaque Etat doit quant à lui :

+ Produire à l’échelle nationale et vendre à l’échelle nationale : il faut que la monnaie puisse circuler facilement sur le territoire national, qu’elle soit acceptée par tous les commerces. C’est le cas du CFA.
+ Exporter : dans ce cas, la devise CFA doit d’abord être convertie en Euro.
+ Importer : Pour pouvoir acheter à l’étranger, le CFA doit d’abord être converti en la monnaie sur laquelle elle est adossée.



Comment cela se passerait-il avec le bitcoin ?


 

Globalement les nécessités sont les mêmes. Si on remplaçait les CFA par les bitcoins, on supprimerait les intermédiaires banques dans les transactions.

Le pré requis est cependant d’acquérir la capacité de fabriquer des bitcoins : achat de contrats de minage ou matériel propre, et formation de personnes compétentes (population et les pouvoirs publics) à la création et utilisation des bitcoins.

Ensuite il faudrait penser la mise en place d’un organe de régulation et de contrôle, surtout pour s’assurer de ne pas dépasser les limites autorisées.

Concernant l’émission de la monnaie :
+ tout citoyen africain équipé correctement pourra en produire.
+ Les différentes banques centrales n’auraient plus lieu d’être ;
+ il n’y aurait donc plus de nécessité de maintenir des réserves de CFA à la banque de France et de mettre en place des mécanismes pour stabiliser ces réserves.


Marché national
 : le bitcoin doit pouvoir être facilement utilisé et circuler facilement. La difficulté ici pourrait résider dans le fait que la monnaie est jeune et son utilisation est méconnue du grand public. Certes l’Afrique a l’habitude des portefeuilles électroniques, qui sont devenus le moyen de paiement par excellence qui a permis de contourner la précédente absence ou manque de praticité des cartes bancaires, mais la vulgarisation du réflexe internet et de l’utilisation des logiciels n’en est qu’à ses balbutiements. Il faudrait prévoir de la formation pour faciliter l’utilisation des logiciels « mineurs de bitcoin » et ainsi s’assurer de la présence de la monnaie.

Pour les importations : la majorité des transactions sont possibles sur internet, donc payer des importations via bitcoins est tout à fait possible. Encore une fois le seul frein pourrait être le manque de vulgarisation de la monnaie.

Pour les exportations : les acheteurs étrangers pourront payer en bitcoins. Les pays africains pour être compétitifs sur le marché mondial devront donc booster leur économie : industrialisation, infrastructures solides, investissements locaux, investissements étrangers, etc…

 


Une alternative possible avec le bitcoin ?

 

Comme dit plus haut, les bitcoins sont émissibles partout, dès qu’on dispose d’un réseau internet, de logiciels mineurs de bitcoin, et de mineurs capables de déminer.

Passer du FCFA au bitcoin d’un point de vue strictement technique est possible. Malheureusement il y a des pré requis politiques et économiques.

 

Précisons que le Bitcoin africain pourrait avoir un nom plus local comme « Digital Afro Coin ».

1