Your address will show here +12 34 56 78
Agilité, Astuces, Business Analyst

J’ai toujours été obsédé par le travail à distance. Pour exceller dans ce mode de travail et rester Agile, avoir les bons outils s’avère être un atout considérable. Après plusieurs comparaisons et tests, j’ai choisi d’utiliser les outils fournis par la suite office 365.  

Voici une liste d’outils (avec les descriptions de Microsoft) que j’ai trouvés pour aider les équipes distantes à collaborer et à être plus efficaces. 



0

Agilité
L’agilité organisationnelle vise à développer l’adaptabilité d’une organisation. Depuis sa création en 2001, l’agilité a évolué et a été adoptée par de nombreuses entreprises. Dans ce livre blanc je vous présenterai quelques notions de l’agilité organisationnelle ainsi que les 4 « must have » qu’une entreprise doit avoir pour réussir dans sa pratique de l’Agilité. Ces notions se basent sur les 4 valeurs du manifeste de l’agilité :

+ “Les individus et leurs interactions plus que les processus et  les outils ; 
+ Du  logiciel  qui  fonctionne  plus  qu’une  documentation  exhaustive ; 
+ La collaboration avec les clients plus que la négociation  contractuelle ; 
+ L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan.” 

Télécharger le livre ici : keep reading
0

Agilité

Aujourd’hui, Les pratiques de gestion des affaires par les entreprises ne suffisent plus à garantir leur croissance. À mesure que les processus et les systèmes deviennent plus complexes, il est essentiel de pouvoir résoudre les problèmes lorsqu’ils surviennent. Laisser des problèmes complexes non résolus pourrait exposer les entreprises à des pertes de plusieurs millions de dollars. Les organisations ont besoin de quelqu’un qui peut comprendre leurs processus métier et leur technologie. 

 

Les analystes d’entreprise certifiés sont des professionnels qui se sont distingués au plus haut niveau selon les normes de l’industrie. Ils servent de liaison entre les parties prenantes de l’entreprise et les technologies, car ils comprennent les activités, les processus et la technologie qui soutiennent une organisation. 



Voici trois raisons pour lesquelles les entreprises ont besoin d’analystes d’entreprise certifiés : 

 

  1. Fournir des solutions innovantes : Les analystes d’entreprise peuvent aider les organisations à aller au-delà des améliorations progressives et développer une technologie de pointe pour augmenter la part de marché, générer des revenus et augmenter la satisfaction des clients ; en fin de compte, ajouter de la valeur à la ligne de fond.

 

  1. Améliorer continuellement des processus : Les analystes d’entreprise sont capables d’apporter des améliorations graduelles aux processus dans le but de réduire le gaspillage et de créer des processus normalisés. Un analyste d’entreprise joue un rôle essentiel dans la facilitation des discussions sur les processus d’affaires entre les parties prenantes, la refonte des processus pour résoudre les inefficacités afin de jeter les bases du support des applications et la planification des améliorations pour la croissance future.

 

  1. Améliorer l’adaptabilité : Les analystes d’entreprise peuvent aider les organisations à modifier leur façon de s’adapter et de réagir aux changements en répondant aux exigences des clients et des réglementations sur le marché.

 

À mesure que les entreprises verront leurs objectifs stratégiques devenir plus agressifs, plus grand sera le besoin de penseurs novateurs qui comprennent à la fois les aspects commerciaux et technologiques du casse-tête. La clé du succès sera d’aligner les stratégies sur les tâches et les responsabilités des personnes qualifiées pour résoudre des problèmes complexes. Comprendre le lien entre les stratégies, les projets et la réalisation des avantages sera un élément essentiel et un analyste d’affaires certifié peut aider les entreprises à faire ce lien. 

 

0

Agilité

Des tâches répétitives et ingrates peuvent vous faire perdre la motivation au travail. Lorsque vous êtes incapable de vous concentrer sur ce qui compte vraiment, il est normal de sentir que vous perdez un temps précieux. Voici quelques outils pour automatiser certaines de ces tâches de travail répétitives! 

 

Automatiser les tâches: un défi majeur pour les employeurs et les employés 

Une étude publiée cette année par ServiceNow a révélé qu’une entreprise française sur deux avait besoin d’un niveau d’automatisation supérieur pour faire face au volume de tâches générées d’ici 2018. Selon l’étude, ce pourcentage atteindra 86% d’ici 2020. 

 

Si l’automatisation au travail est un sujet qui inspire le débat, c’est que l’imaginaire collectif sur le sujet l’associe à une terrible menace: celle du robot remplaçant l’homme. Avec cette logique, un salarié n’est plus une partie active de son entreprise, il est complètement effacé. Mais aujourd’hui, les représentations de l’automatisation oublient que le salarié, quel que soit son métier, peut être le moteur de ce type d’automatisation. En se débarrassant simplement des tâches répétitives, l’employé peut récupérer un temps précieux et se concentrer sur des tâches et des missions qui comptent vraiment. L’automatisation de tâches professionnelles ingrates ne consiste pas seulement à améliorer la productivité: c’est une réelle opportunité d’améliorer l’expérience des employés dans une entreprise! 

 

IFTTT, Zapier et Microsoft Flow: des outils qui automatisent toutes sortes de tâches 

Nous utilisons de plus en plus d’applications mobiles avec des fonctions multiples et leur utilisation prend souvent beaucoup de temps. Ces outils utilisent un langage qui leur est propre et il est possible de les faire communiquer en utilisant des services dédiés. 

 

1. IFTTT pour automatiser les tâches courantes 

IFTTT (If This Then That) est un outil populaire dans le secteur de l’automatisation des tâches. Disponible sur le web et sous la forme d’applications mobiles sur Android et IOS, il permet aux utilisateurs de créer de petits programmes appelés «applets». Leur rôle? Établir des interactions entre différents outils numériques que l’on utilise quotidiennement pour automatiser les tâches courantes. 

 

On peut utiliser IFTTT pour améliorer la visibilité sur le Web en partageant simultanément le même statut sur Facebook, Twitter et Linkedin. Pour simplifier l’archivage des données, l’outil peut également enregistrer tous les documents joints dans vos e-mails dans une Dropbox. Il peut également être utilisé pour mettre en place une alerte quotidienne liée à un sujet de votre intérêt. Bien sûr, vous pouvez également l’utiliser pour programmer des choses plus amusantes, comme le moment où votre machine à café s’allume le matin! 

 

Facile et simple à utiliser, IFTTT permet aux utilisateurs de gagner un temps précieux sans avoir à écrire une seule ligne de code. 

 

2. Zapier et Microsoft Flow pour les services professionnels 

Zapier est un autre outil qui offre la possibilité d’automatiser un grand nombre de tâches. 

Zapier est particulièrement adapté aux entreprises et prend en charge plus d’applications professionnelles qu’IFTTT, ce qui permet aux utilisateurs de gérer des flux de travail plus complexes. Grâce à l’ajout de filtres, il est possible de définir un plus grand nombre de conditions pour l’exécution des tâches. 

 

De même, Microsoft Flow invite ses utilisateurs professionnels à «améliorer leur activité et à travailler moins». La meilleure partie? Il est entièrement compatible avec toutes les applications et services Microsoft! 

 

3. Wappwolf et Wildfire pour automatiser des tâches spécifiques 

Wappwolf facilite l’archivage des données 

Contrairement aux services qui peuvent être utilisés pour n’importe quel type d’activité comme IFTTT, Zapier ou Microsoft Flow, Wappwolf se spécialise dans l’archivage de données. Il permet aux utilisateurs d’automatiser leurs tâches en collaboration avec Dropbox et GoogleDrive et ainsi convertir automatiquement les fichiers dans un format prédéfini, les imprimer via Google Cloud print, ou les envoyer vers un autre nuage. Wappwolf donne également aux utilisateurs la possibilité de traiter des images et de convertir des fichiers audio. 

 

4. Wildfire: l’outil qui vous convient 

Wildfire est une extension de Chrome et Firefox qui permet aux utilisateurs de sauvegarder les actions qu’ils effectuent sur le web afin de les répliquer automatiquement. Wildfire est idéal pour automatiser des tâches très répétitives, permettant aux utilisateurs de modifier leurs tâches sauvegardées dans un « éditeur de flux de travail! » 

 

5. La montée des assistants virtuels 

Les assistants virtuels sont de plus en plus présents dans les entreprises et contribuent à l’automatisation des tâches professionnelles. Il existe des assistants comme Astro, qui permet aux utilisateurs de trier rapidement et facilement leurs e-mails, et Findo, qui permet aux utilisateurs de naviguer facilement dans leurs e-mails, fichiers et des nuages personnels pour trouver l’information qu’ils recherchent. 

 

Utilisez-vous d’autres outils pour automatiser vos tâches professionnelles? Dites-nous ! 

 

0

Ville intelligente

Le «chatbot» a été un mot à la mode au cours des douze derniers mois dans un large éventail d’industries. Dans deux ans, la personne moyenne aura plus de conversations avec les bots qu’avec leur conjoint – selon Gartner. 

 

2017 a jusqu’à présent vu une explosion de divers chatbots disponibles sur les applications de messagerie populaires couplé à des méthodes plus simples de conception, de mise en œuvre et de gestion grâce aux nouvelles plates-formes et intégrations disponibles pour les développeurs et les organisations. Tout cela en collaboration avec l’accès aux moteurs d’intelligence artificielle et aux outils d’apprentissage automatique fait du chatbot moderne quelque chose qui a déjà commencé à changer le visage de l’industrie hôtelière. 

Holiday Inn est devenue la première grande chaîne d’hôtels au Japon à adopter le dernier concierge de l’intelligence artificielle (IA), Bebot. Maintenant, les clients de l’hôtel qui s’enregistrent au Holiday Inn Osaka Namba seront desservis par Bebot. Les nouvelles suivent après que les géants de l’hospitalité tels que Hilton et le Cosmopolitan Las Vegas ont adopté l’utilisation de l’IA pour améliorer les expériences des clients. Selon les créateurs de Bebot, Bespoke Inc .; 

 

« Bebot est un chatbot alimenté par l’IA qui agit comme un concierge d’hôtel. Il est conçu pour offrir aux clients une assistance instantanée en temps réel, comme des recommandations exclusives pour les sites populaires et peu connus de la région, répondant aux questions que seul le personnel de l’hôtel connaîtrait, ou même pour faire des réservations de restaurant. 

 

Le désir du consommateur pour la vitesse de l’information est plus grand que jamais. Une génération entière d’invités préfère ne pas décrocher le téléphone à la réception ou parler à un être humain. Ils n’ont pas non plus l’habitude d’attendre que quelqu’un réponde à une question simple ou d’attendre que quelque chose soit distribué. Le Chatbots peut fournir une solution de produit unique, qui s’adresse à ce type d’invité dans plusieurs scénarios différents dans plusieurs langues avec des ressources très limitées requises du point de vue de l’hôtel, offrant ainsi une meilleure expérience tout en réduisant les coûts de personnel. 

 

Gartner prédit que d’ici 2020, 30% des sessions de navigation web se feront sans écran – une des raisons de soupçonner que le moteur de réservation d’hôtel tel que nous le connaissons finira par disparaître ou du moins ne sera plus l’objet principal. 

 

Du point de vue de l’expérience client, un chatbot peut augmenter et améliorer la correspondance avec les visiteurs et l’engagement des visiteurs. Sans aucun doute, en tant qu’application de messagerie, les chatbots peuvent parler à un autre canal de réservation, ce qui permettra aux clients de découvrir et réserver leur séjour sans effort grâce à une interface de chat. Les options de personnalisation sont infinies, de sorte que l’hôtel peut offrir des offres ou des options personnalisées instantanément et directement au client par chat à tout moment avant, pendant ou après leur séjour. 

 

Obtenir des commentaires des clients après le séjour ou obtenir des commentaires des clients va être beaucoup moins invasive via un chatbot par rapport au marketing par courriel traditionnel, qui est souvent ignoré. Être capable de répondre en un seul clic à une question améliorera sans aucun doute le taux de réponse des clients. 

 

La fidélisation de la clientèle peut être augmentée grâce à un mélange de contenu personnalisé et pertinent fourni par le robot, associé à des intégrations aux meilleures plates-formes de communication. Imaginez être capable de réserver une chambre pour un voyage d’affaires via Slack, plus facile que de communiquer avec votre assistant! 

 

Tout cela se passe vraiment maintenant grâce aux chatbots. 

 

Maintenant que vous avez compris la nécessité d’avoir un chatbots dans votre hôtel, notre équipe Rosie Bot vous aide à mettre en place les 5 fonctionnalités incontournables pour votre prochain concierge virtuel. 

Chez Rosie, nous offrons aux hôtels un moteur de réservation conversationnel sur leur page Facebook Messenger, sur le web, via l’assistant Google (OK google) et aussi via sms et skype. Comme le processus de réservation se déroule dans une application de messagerie, il s’agit d’une nouvelle chaîne où les clients peuvent vérifier les prix et la disponibilité et réserver leurs séjours.  

 

  1. Offrez la fonctionnalité clé de votre chatbot tout de suite 

Lorsque vous lancez un chatbot pour la première fois, il est difficile de penser à toutes les différentes combinaisons de mots que les gens peuvent utiliser pour dire quelque chose d’aussi simple que « Je voudrais réserver une chambre ». Jusqu’à ce que nous ayons des systèmes de traitement du langage naturel (PNL) plus évolués, la meilleure chose à faire est de commencer par des réponses prédéfinies, ce qui fournit des raccourcis utiles pour une frappe sans relâche. 

 

Opter pour cette approche, au lieu d’avoir un chatbot ouvert sans raccourcis d’arbres de décision, les utilisateurs savent immédiatement qu’ils ne parlent pas avec un agent humain – définition des attentes dès le début. Au fur et à mesure que votre modèle basé sur la PNL évolue et apprend avec les interactions des utilisateurs, votre chatbot deviendra plus intelligent chaque jour pour répondre aux questions fréquemment posées dans un proche avenir. 

 

Les meilleures pratiques 

 

Vous devriez penser à l’objectif principal de votre chatbot et lui donner cette option juste après que quelqu’un ait entamé un dialogue avec vous. Lorsque vous pensez à un hôtel, la caractéristique la plus importante serait d’avoir des réservations directes. Nous recommandons de commencer le flux en divisant les utilisateurs en deux groupes principaux:  

1) les personnes qui veulent vérifier les prix et la disponibilité et  

2) les personnes ayant d’autres objectifs. 

 

  1. Faire un transfert sans coupure à un agent humain si nécessaire

L’une des choses les plus importantes à réaliser lors du lancement d’un chatbot est qu’il ne résoudra pas tous les problèmes que vos utilisateurs peuvent rencontrer. Cela arrive en raison des limites de la technologie PNL sous-jacente (le système n’est pas encore complètement formé), mais aussi parce que parfois le chatbot ne peut tout simplement pas avoir la réponse attendue – imaginez quelqu’un demandant s’il reste quelque chose dans les objets perdus.  

 

Dans ce cas, vous devez avoir un agent humain prêt à intervenir dans la conversation et le transfert de chatbot à un transfert humain doit être une transition en douceur pour s’assurer que l’utilisateur sait qu’il ne parle plus avec un chatbot. 

 

Meilleures pratiques

 

Le chatbot doit reconnaître à l’utilisateur qui n’a plus d’options et ne peut pas aider plus loin. Au lieu de passer immédiatement à un agent humain, vous devriez demander à l’utilisateur de le faire, car certaines personnes ne se sentent pas à l’aise de déranger un agent humain et préfèrent essayer quelques phrases différentes. Si l’utilisateur répond oui, passez à un agent humain et faites savoir à l’utilisateur que quelqu’un répondra bientôt. 

 

  1. Faites-le visuel – utilisez des emojis! ?

Lors de la création d’un chatbot, vous devez créer une expérience utilisateur simple, agréable et naturelle pour que les utilisateurs puissent accomplir une tâche donnée. Il est important de ne pas oublier que toutes les anciennes règles d’expérience utilisateur s’appliquent toujours. Par exemple, vous devez être cohérent entre tous les flux, la conversation doit être agréable et l’appel à l’action doit être clair. 

 

Un moyen simple de rendre votre chatbot plus agréable et plus clair est d’ajouter des emojis. Que vous souhaitiez utiliser ou non des emoji en grande quantité dépend de la stratégie de communication globale de votre entreprise, car les emojis reflètent la manière dont vous souhaitez que votre communication soit perçue par les utilisateurs. 

 

Les meilleures pratiques 

 

L’un des meilleurs endroits pour ajouter des emojis est dans les éléments de l’interface utilisateur tels que les menus ou les boutons. Chaque fois que vous avez besoin de cliquer sur un bouton, ajoutez un emoji pour renforcer ce dont il s’agit – cela peut augmenter les taux de clics jusqu’à 50%. 

 

  1. Les Webviews amélioreront grandement votre chatbot 

Les premiers chatbots étaient composés principalement de chaînes à bulles avec un texte simple. C’était correct pour les cas d’utilisation simples, mais quand quelqu’un veut réserver une chambre dans un hôtel, cette interface ne suffit pas. Comme les chatbots tentent de résoudre des cas d’utilisation plus complexes, il est devenu clair que les chaînes de bulles avec un texte simple ne peuvent pas être la réponse à tout. 

 

Il y a plus de bots que de PNL et d’intelligence artificielle, la solution repose aussi sur des pages web externes. Pour les cas d’utilisation plus complexes, une ouverture de page Web à l’intérieur de Messenger sera plus attrayante, montrant des données plus structurées et un défilement supplémentaire si nécessaire. 

 

Les meilleures pratiques 

 

Il y a deux cas qui sont mieux résolus par les webviews. Lorsqu’il y a plusieurs données à entrer dans le chatbot (telles que les dates d’arrivée et de départ ou le nombre d’adultes et d’enfants), il est beaucoup plus facile de changer ces données dans un formulaire que dans une conversation. Le deuxième cas d’utilisation est le besoin d’expériences de navigation plus riches, comme la visualisation de photos, de détails et de commodités. 

 

  1. Réengager avec les utilisateurs de la bonne façon

Maintenant, vous devriez savoir que les voyageurs visitent 38 sites avant de réserver des vacances. Cette statistique doit être révisée: de nos jours, les voyageurs visitent 37 sites Web et votre chatbot. Le jour même de la réservation, les voyageurs visitent environ 16 sites Web dans leur ensemble. 

 

Il est très probable que les utilisateurs utilisent votre chatbot dans le processus de décision du meilleur hôtel pour rester quand ils comparent encore les prix et les destinations. De cette façon, il est très peu probable qu’ils vont réserver tout de suite. La grande chose à propos d’un chatbot est que, contrairement à un site Web, vous avez la possibilité de ré-engager avec l’utilisateur quelques heures ou même des jours après la première recherche – sans frais. 

 

Les meilleures pratiques 

 

Envoyer une notification à vos utilisateurs en leur rappelant qu’ils peuvent réserver avec vous, et montrer un appel à l’action clair, afin qu’ils puissent accéder facilement aux prix les plus mis à jour. Le meilleur moment pour envoyer une notification dépend du type de propriété que vous possédez. Si vous avez un centre de villégiature de luxe, vous pouvez l’envoyer quelques jours plus tard, car les gens prendront un peu de temps pour décider de leurs vacances. Si vous avez un hôtel urbain ciblant les voyageurs d’affaires, vous devriez choisir de les avertir quelques heures plus tard. 

 

0

Agilité, JIRA

Pouvez-vous gérer convenablement un projet ? Bien sûr que vous le pouvez !

 

Beaucoup de gens débutent dans leur carrière en tant que chef de projet, bien que dans de nombreux cas, il faut du temps pour gagner la confiance et la responsabilité qui vient avec un tel poste. Si vous avez reçu le titre de gestionnaire de projet (PM), félicitations ! Vous l’avez mérité. Et si vous n’avez pas encore reçu la responsabilité, il y a de fortes chances que vous en soyez à un moment donné si vous voulez progresser dans votre carrière. 

 

Maintenant, tout ce que vous devez faire est de comprendre comment vous pouvez maximiser les ressources disponibles et vous concentrer sur les compétences nécessaires pour basculer dans le monde de la gestion de projet. 

 

La gestion de projet ajoute de la valeur à votre parcours professionnel. 

 

Il y a beaucoup de points positifs à être un chef de projet. En tant que gestionnaire de projet, vous acquerrez des tonnes d’expériences précieuses sur le tas pour vos futurs rôles et postes, y compris, mais sans s’y limiter : 

 

+ Compétences en leadership 

+ Apprendre à déléguer 

+ Communication efficace 

+ Établissement d’objectifs et résultats 

+ L’exposition à des équipes de direction au sein ou à l’extérieur de l’entreprise 

+ Comment travailler avec différentes personnalités au sein d’un même groupe 

+ Résolution de problème 

+ Apprendre un nouveau logiciel de gestion de projet 

 

Cela semble énorme ? La bonne nouvelle est que cela ajoute une valeur incroyable à votre CV grâce à une grande variété de compétences. Voici quelques conseils et astuces supplémentaires pour la gestion de projet qui peuvent vous aider à réussir : 

 

Conseils pour une gestion de projet réussie 

 

1. Connaissez tous les détails du projet à l’avance. Renseignez-vous dès le départ sur tous les détails du projet afin de planifier un plan sans surprises sur la route. 

2. Écoutez et engagez-vous. Vous ne pouvez pas apprendre si vous n’écoutez pas, et c’est le moment de tout absorber. Faites attention au paysage de votre équipe; étudier vos clients; Commencer à reconnaître les forces de vos coéquipiers (une compétence importante pour les PM qui réussissent). Ensuite, profitez de cette grande écoute et engagez les membres de votre équipe et vos partenaires d’une manière qui soit importante pour le succès du projet. Plus vous aurez de personnes à vos côtés dès le début du projet – et votre carrière – plus vous aurez de succès. L’écoute vous donne du matériel à utiliser pour établir des relations.


3. Soyez clair sur ce qui est nécessaire dans l’ordre de priorité. Cela vous aidera ensuite à définir des objectifs clairs et mesurables mentionnés ci-après. Cela vous aidera également à identifier ce qui peut être pris en charge dès le début et ce dont vous avez besoin pour prendre une longueur d’avance afin que vous n’ayez pas un désastre de dernière minute. 


4. Apprenez à lire les gens. Alias intelligence émotionnelle, certaines personnes savent comment lire l’ambiance d’une pièce, mais les compétences des gens peuvent être appris. Apprendre sur le comportement humain est (espérons-le) un processus qui dure toute la vie, mais si vous êtes vraiment bon dans ce domaine ou si vous travaillez très fort pour développer vos muscles émotionnels, vous vous démarquerez des autres.




5. Fixez des objectifs clairs et mesurables. Après avoir clairement défini les critères du projet, définissez des objectifs et des jalons raisonnables, mais opportuns et efficaces. 

 

6. Imprégnez-vous du flow. Le changement se produit tout au long d’un projet, alors faites quelques cours de yoga ou de respiration pour vous aider à gérer le stress qui peut venir avec les changements qui viennent avec un projet. 

 

7. Suivez un cours et obtenez une certification. Obtenir une certification en tant que chef de projet peut être utile si vous souhaitez perfectionner vos compétences en tant que chef de projet. Vous pourriez aussi être plus attrayant pour les entreprises. Vous aurez envie de peser le pour et le contre de savoir si ça vaut le coup pour vous. Avez-vous le temps et l’argent ? 

 

En même temps, vous pourriez travailler avec une entreprise qui vous aidera à l’obtenir, alors allez-y. 

 

8. Devenez une partie de l’équipe. Vous voudrez diriger votre équipe et servir votre équipe. En étant un joueur d’équipe, ils vous verront comme disposés à faire le travail, et vous obtiendrez beaucoup plus de votre équipe dans son ensemble. 

 

9. Soyez pro-actif. Avant que le projet ne commence, recherchez des trous ou des zones qui pourraient être un défi. Vous pouvez les porter à l’attention de ceux qui supervisent le projet et tenter de trouver des solutions pour éviter un problème avant qu’il ne se produise. Lorsque des problèmes surviennent – et ils le seront sur presque tous les projets – parce que vous avez été proactif depuis le début, la résolution d’un problème sera beaucoup plus facile à mesure qu’elle avance. 

 

10. Connaissez votre logiciel de gestion de projet comme votre meilleur ami. Le logiciel que vous utiliserez pour gérer ou lancer votre projet est votre meilleur ami. Le savoir à l’intérieur et à l’extérieur, et demander une formation pour tous les membres de l’équipe avant même que le projet ne commence. Vous devez également rechercher un logiciel disposant d’une équipe de support solide au cas où vous en auriez besoin lorsque vous êtes dans une situation difficile. 

 

Si vous essayez de décider quel logiciel de gestion de projet fonctionnera le mieux, demandez aux autres chefs de projet ce qu’ils préfèrent. Moi je vous préconise Portfolio de JIRA



11. Utilisez un mentor
. Je recommande d’identifier et de forger une relation avec un mentor pour vous aider avec les différentes facettes de votre carrière. Un bon mentor peut vous aider à garder votre sang-froid lorsque les choses vont mal, vous aider à résoudre des problèmes, cultiver une équipe, et plus encore. 

 

12. Connaissez votre client. Un bon chef de projet prendra le temps de s’asseoir avec son client plus d’une fois pour se faire une idée précise de ses besoins et de la façon dont il communique le mieux. Ce faisant, le gestionnaire de projet peut mettre en place un plan pour répondre aux attentes des clients internes et externes. 

 

13. Apprenez à connaître votre équipe. Plus vous prenez le temps d’apprendre à connaître les joueurs de votre équipe avec soin, plus ils seront prêts à faire le maximum pour vous quand vous en aurez besoin. Cela vous aide également à comprendre comment chaque joueur communique, opère et quelles sont ses fortes compétences afin que vous puissiez déléguer en conséquence. 

 

Vous voulez donner des tâches à ceux que vous connaissez être compétents et opportuns pour les compléter. 

 

14. Embrasser le leadership. En tant que chef de projet, vous serez guidé pour obtenir des conseils et un leadership sur la façon de mener le projet à la ligne d’arrivée. L’exemple que vous définissez sera transmis au reste de l’équipe. 

 

15. Évaluez le projet à la fin. Vous pouvez apprendre beaucoup pour votre prochain projet en prenant note de ce qui a fonctionné et de ce qui n’a pas fonctionné avec votre projet actuel. 

 

Tout le monde n’aime pas être un chef de projet, et ce n’est pas grave. Que vous l’aimiez ou non, cela peut être une bonne expérience de gérer au moins un projet pour voir si cela vous convient. 

Si vous êtes à la recherche d’outils efficaces pour gérer vos projets, abonnez-vous à notre plateforme de cours en ligne qui contient des présentations de la suite logiciel JIRA.

0

JIRA

Portfolio pour Jira permet une planification stratégique réaliste, quel que soit le nombre d’équipes ou de personnes avec lesquelles vous travaillez pour atteindre vos objectifs.  
Découvrez certains des cas d’utilisation les plus populaires sur le marché, en fonction du rôle joué. 

 

Je suis un chef de produit 
 

En tant que chef de produit, vous avez besoin d’un moyen de transformer rapidement les idées de fonctionnalités et les commentaires des clients en une feuille de route convaincante. Cette feuille de route est ensuite utilisée pour fournir une visibilité sur les progrès de l’équipe pour vos parties prenantes et pour vous-même. 

Vous avez particulièrement besoin de visibilité pour pouvoir garder votre feuille de route à jour au fur et à mesure que les choses changent. Si cela vous intéresse, lisez sur les façons dont le portefeuille JIRA peut vous aider à mieux planifier votre travail pour votre équipe. 

 

Organisez vos idées

 

Commencez par définir des initiatives. Considérez les initiatives comme des morceaux de travail qui couvrent plusieurs épopées et équipes, afin que vous puissiez voir ce qui doit être fait dans le prochain cycle de planification. Une fois que vous avez défini des initiatives, vous devez les décomposer en plusieurs parties pour remplir le backlog: 
 

1- Définissez vos initiatives 
 

Définissez vos initiatives en suivant les étapes fournies dans Configuration des initiatives et autres niveaux de hiérarchie. 
 

2- Décomposer les initiatives en épopées et histoires 
 

Divisez vos initiatives en épopées et en récits prêts à être mis en œuvre; ils peuvent être transformés en problèmes Jira réels. 
Suivez les étapes fournies dans Création et suppression de problèmes. 
 

3- Importer des éléments de travail existants 
 

Importez toutes les épopées et histoires pertinentes qui existent déjà dans votre application Jira et attribuez-les aux bonnes initiatives. 
 

Suivez les étapes fournies dans Importationexportation et duplication de plans classiques

 

Construire une feuille de route 

 

Une feuille de route est basée sur la portée, le temps et les personnes. Voici les trois éléments dont vous avez besoin pour créer une feuille de route :  

1- Définir la portée  

 

Une fois que vous avez organisé vos idées et que le backlog mental est établi, le travail doit juste être estimé.  

  • Créez les zones stratégiques en catégorisant les éléments par thèmes. 
  • Divisez-les en projets plus petits dans la vue de la portée de votre plan. 
  • Estimez-les en suivant les étapes de la section Configuration des paramètres de planification

 

2-Dates de publication ciblées  

 

Configurez vos dates de publication en créant des versions spécifiques au projet.  

 

3- Sélectionnez vos équipes  

 

Définissez vos équipes et leurs vitesses en heures ou en points. La vélocité peut être liée directement à une carte dans votre application Jira.  

 

En savoir plus sur les ressources dans Ajouter et supprimer des équipes

 

 

Je suis un directeur du développement 

 
En tant que responsable du développement, vous êtes responsable de prendre des engagements réalistes au nom de votre équipe. Au cours de la planification, vous avez besoin d’une feuille de route claire sur laquelle vous et le chef de produit avez convenu de sorte que vous puissiez exécuter les numéros et vous assurer que votre équipe peut tout faire. Vous avez besoin d’un moyen de planifier facilement les ressources de votre équipe et de voir la capacité de l’équipe à tout moment afin que vous ayez des données pour montrer ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Vous voulez également garder les parties prenantes au courant des progrès et du statut sans trop de tracas. Si vous êtes dans ce cas de figure, continuez à lire pour découvrir les trois façons dont Jira vous aide à mieux planifier. 

 

Maîtriser l’art de la planification de la capacité 

 

Dans les cas où vous avez des capacités spécialisées et diverses dans votre équipe, vous souhaiterez peut-être être plus précis avec la planification de la capacité. Cela vous aide à garder votre plan réaliste et à éviter les goulots d’étranglement causés par le fait que vous avez besoin de certaines compétences pour réaliser un élément de travail.  

En savoir plus sur les capacités de votre équipe avec Apprendre les étapes et les compétences

 

 Voir la capacité de l’équipe sur la feuille de route 

 

Jira vous permet de comprendre plus facilement ce sur quoi votre équipe travaille à un niveau beaucoup plus granulaire. Ceci est utile lorsque vous planifiez la portée avec les gestionnaires de projets et de produits. Vous disposerez alors des données pour étayer vos points de vue sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. 

1- Affichage de la capacité  

 

La vue de capacité affiche à la fois la capacité planifiée et l’utilisation des ressources. La capacité est affichée sous forme de points d’histoire pour les équipes Scrum, tandis que pour les équipes Kanban, la capacité est représentée en utilisant les semaines calendaires. Vous pouvez afficher la capacité par version, équipe et même les membres de l’équipe.  

 

2- Affichage des stories 

 

La vue des stories montre des histoires individuelles et leurs étapes de travail. Lorsque vous utilisez Scrum, l’horaire crée un couloir par équipe et affiche les sprints de l’équipe, ainsi que les histoires prévues pour chaque sprint. Lorsque vous utilisez Kanban, cette vue affiche les histoires sur une chronologie de granularité journalière. Vous pouvez également voir l’horaire comme des histoires par membre de l’équipe.  

Voir Comportement de planification pour en savoir plus sur ces vues. 

 

 

Suivez les progrès de vos projets 

 

Dans Portfolio pour Jira, vous pouvez voir les progrès réalisés pour chaque article, chaque épopée et chaque initiative. Pour tout ce qui n’est pas estimé, vous pouvez afficher ces éléments par rapport aux éléments estimés. Cela vous permettra de voir le pourcentage de travail effectué sur les éléments estimés tout en voyant que certains éléments non estimés sont encore en suspens et nécessitent un travail.  

1- Définir vos options de suivi  

 

Portfolio pour Jira prend en charge différents moyens de suivre les progrès en fonction des besoins de votre équipe.  

Apprenez à configurer le suivi de l’avancement en suivant les étapes fournies dans Suivi de la progression et de l’état

 

2- Afficher votre statut et votre progression dans le périmètre des vues  

 

Les colonnes de progression et d’état dans le périmètre de la vue de votre plan affichent la progression de vos éléments de plan.  

  • Statut du problème: n’existe que si l’élément de travail est lié à un ou plusieurs problèmes Jira. Il montre l’état actuel du flux de travail de ces problèmes. Dans le cas de plusieurs liens de problème, une icône est affichée pour l’état de chaque problème lié. 
  • Progression – Somme des journaux de travail sur les demandes JIRA liées, ainsi que leurs éléments enfants. 

Apprenez à utiliser les vues en suivant les étapes fournies dans Suivi du statut et de l’avancement

 

Je suis un chef de projet  

 

En tant que chef de projet, vous planifiez et coordonnez le travail par rapport aux jalons afin de vous assurer de respecter les délais et de montrer comment les projets suivent les objectifs métier. Les dépendances sont une grande chose pour vous – elles représentent 90% de vos maux de tête liés à la planification – vous devez donc cartographier ces dépendances, et pas seulement les suivre. Avoir une présentation graphique ou visuelle de l’information est vraiment utile à certains moments. 

 

Planifier en fonction des jalons 

1- Définir la portée  

Une fois vos idées organisées, vous pouvez redéfinir les priorités des tâches en conséquence.  

2- Définir vos communiqués  

Configurez vos dates de publication en suivant les étapes fournies dans Configuration des dates de publication

 

Gérer les dépendances pour que la chronologie soit réaliste 

 

Dans Portfolio pour Jira, il est possible de contrôler la séquence dans laquelle les éléments sont planifiés sur la feuille de route en définissant des dépendances explicites.  

Créez et gérez vos dépendances  

Configurez vos dates de publication en suivant les étapes fournies dans Gérer les dépendances de Portfolio.  

 

Configurez vos niveaux de hiérarchie  

 

Affichez les dépendances dans la planification graphique en suivant les étapes indiquées dans Configurer les initiatives et les autres niveaux de hiérarchie

 

Suivre le programme en fonction de vos objectifs 

 

Dans Portfolio pour Jira, vous pouvez définir des thèmes et suivre leur progression par rapport à ces thèmes pour vous assurer que l’organisation s’exécute sur la stratégie et que tout le monde est aligné sur les mêmes priorités.  

1- Créez vos zones de mise au point  

Les thèmes sont des domaines d’intervention stratégiques de haut niveau, des flux de valeur ou des catégories d’investissement. Vous pouvez utiliser des thèmes pour définir des priorités et définir où vos équipes doivent consacrer la majeure partie de leur temps.  

Créez et configurez vos thèmes en suivant les étapes du rapport sur les thèmes.  

2- Gardez une trace de la progression  

Le calendrier graphique affiche les résultats des calculs de ressources et des prévisions en fonction des données de votre plan. Il fournit également une visibilité sur les dates de diffusion prévues.  

Suivez votre progression en suivant les étapes fournies dans Suivi de la progression et de l’état

 

0

Blockchain

Cet article a été inspiré par le World Economic Forum.

Beaucoup de gens le savent comme la technologie derrière Bitcoin, mais les utilisations potentielles de blockchain s’étendent bien au-delà des monnaies numériques. Ses admirateurs comprennent Bill Gates et Richard Branson, et les banques et les assureurs se rencontrent pour être les premiers à savoir comment l’utiliser.  

Alors, qu’est-ce que Blockchain, et pourquoi Wall Street et Silicon Valley sont-elles si enthousiastes?  

 

Qu’est-ce que le blockchain?  

 

Actuellement, la plupart des gens utilisent un intermédiaire de confiance comme une banque pour effectuer une transaction. Mais blockchain permet aux consommateurs et aux fournisseurs de se connecter directement, supprimant le besoin d’un tiers. En utilisant la cryptographie pour sécuriser les échanges, blockchain fournit une base de données décentralisée, ou «grand livre numérique», des transactions que tout le monde sur le réseau peut voir. Ce réseau est essentiellement une chaîne d’ordinateurs qui doivent tous approuver un échange avant de pouvoir être vérifiés et enregistrés. 

 

Comment cela fonctionne-t-il dans la pratique?  

 

Dans le cas de Bitcoin, le blockchain stocke les détails de chaque transaction de la monnaie numérique, et la technologie arrête le même Bitcoin dépensé plus d’une fois. 

 How a blockchain works

 

Pourquoi est-ce si révolutionnaire? 

 

La technologie peut fonctionner pour presque tous les types de transactions impliquant de la valeur, y compris l’argent, les biens et les propriétés. Ses utilisations potentielles sont presque illimitées: de la perception de taxes à la possibilité pour les migrants d’envoyer de l’argent à leur famille dans les pays où les opérations bancaires sont difficiles. 

 

Le Blockchain pourrait également aider à réduire la fraude parce que chaque transaction serait enregistrée et distribuée sur un registre public pour que quiconque puisse voir. 

 

Qui l’utilise? 

 

En théorie, si blockchain devient mainstream, n’importe qui ayant accès à Internet pourrait l’utiliser pour faire des transactions. 

 

Actuellement, seule une très faible proportion du PIB mondial (environ 0,025%, soit 20 milliards de dollars) est détenue dans le blockchain, selon un sondage du Global Agenda Council du World Economic Forum. 

 

Mais la recherche du Forum suggère que cela va augmenter de manière significative au cours de la prochaine décennie, alors que les banques, les assureurs et les entreprises technologiques voient la technologie comme un moyen d’accélérer les règlements et de réduire les coûts. 

 

Les entreprises qui se lancent dans l’adaptation du blockchain comprennent UBSMicrosoft, IBM et PwC. La Banque du Canada expérimente également la technologie. 

 

Un rapport du consultant en technologie financière Aite a estimé que les banques ont dépensé 75 millions de dollars l’année dernière en blockchain. Et les investisseurs en capital-risque de la Silicon Valley font aussi la queue pour le soutenir. 

 Estimated bank spending on blockchain tech

0

JIRA

5 avantages commerciaux de l’intégration de Confluence et Jira 

 

Obtenir Confluence et Jira de se parler apporte de nombreux avantages aux chefs d’entreprise, pas seulement aux développeurs Les applications de collaboration d’entreprise populaires d’Atlassian, Confluence et Jira, sont connues pour faciliter le travail d’équipe lorsqu’elles sont utilisées individuellement, mais elles peuvent aussi bien fonctionner ensemble pour une productivité encore plus grande. Dans cet article, nous examinerons les avantages commerciaux de l’intégration de Confluence et de Jira. 

 

1.Planification et suivi.  

Informez les équipes de ce qui se passe à Jira en connectant un calendrier de personnes, de tâches et d’événements à l’espace de travail Confluence. Cela supprime toute déconnexion entre les équipes de développement logiciel et ceux qui écrivent de la documentation, par exemple. Cela facilite également la planification de l’équipe pour les versions de produits et autres grands projets.  

 

2.Gestion consolidée des utilisateurs.  

Il est possible de confier à Jira la gestion des utilisateurs pour Jira et Confluence. Cela rationalise le processus d’ajout de personnel à l’une ou l’autre application et vous permet de contrôler quelles équipes Jira ont accès à Confluence. La gestion consolidée des utilisateurs rend également le refus d’accès plus facile, limitant ainsi les problèmes de sécurité associés aux comptes inutilisés.  

 

3.Une portée et des exigences plus claires du projet.  

Les gens d’affaires qui travaillent sur les exigences des produits, les programmes de vente et la planification stratégique peuvent transformer ces idées en éléments concrets en créant des problèmes Jira à partir de Confluence. Et l’entreprise est beaucoup plus productive et efficace si une application de gestion du travail moderne est utilisée pour suivre les tâches au lieu de l’email. 

 

4.Les rapports dans les affaires parlent. 

Jira génère en permanence une mine d’informations sur les projets et les problèmes, mais il est peu probable que les équipes métier aient le temps ou les compétences pour approfondir les détails. C’est ici que la liaison des données Jira aux rapports Confluence est utile. Les rapports d’état peuvent être présentés dans des graphiques faciles à lire et peuvent être créés à partir d’une interface utilisateur simple – aucun codage requis.  

 

5.Documentation pour le développement de la qualité.  

Votre développement de produit et votre capacité de traitement s’amélioreront énormément lorsque les membres de l’équipe effectuant le travail auront accès à la bonne documentation au sein de Jira. Amenez les pages Confluence dans l’espace de travail Jira en ajoutant des «gadgets» et permettez aux développeurs et au personnel de support de visualiser facilement la documentation relative aux tâches sur lesquelles ils travaillent. Des connexions sécurisées peuvent être établies pour accéder aux pages Confluence restreintes aux utilisateurs. 

 

Avec un croisement entre Jira et Confluence dans de nombreuses organisations, nous pouvons nous attendre à voir plus d’options pour connecter les deux applications à chaque nouvelle version. 

0

Agilité

5 astuces pour mettre à l’échelle l’agilité dans un environnement d’entreprise 

 

L’Agilité peut être une excellente méthodologie pour développer et fournir de meilleurs logiciels. Mais si l’agilité fonctionne bien dans les petites organisations, la mise à l’échelle agile pour les entreprises ne va pas toujours bien. Les gens ont tendance à assumer beaucoup de choses sur les pratiques de développement agile, telles que:  

+ Les membres de l’équipe ne changent pas  
+ Chaque spécialiste est également généraliste  
+ Tout le monde est engagé et motivé à travailler  
+ Votre équipe est toujours dans le top 10 des artistes  
+ Les équipes ont très peu de dépendances externes  
+ Les clients sont pleinement engagés dans le processus  
+ Tout le monde est situé au même endroit  

Bien que ces hypothèses puissent être valides pour de nombreux petits environnements de démarrage, elles ne s’appliquent pas souvent lorsque des projets d’entreprise sont en cours. Par exemple, les user stories commencent à dépasser leurs délais, débordent sur les sprints suivants et les limites «work in progress» (WIP) sont dépassées, créant des goulots d’étranglement dans le développement et les tests. 

 
Alors, comment empêcher cela? Les personnes ayant un état d’esprit technique (oui, développeurs, dev testeurs et autres) ont tendance à penser que la mise à l’échelle agile est comme écrire des programmes informatiques: « if (agile) then {do x; do y; do z}. » Mais ce n’est pas si simple. Bien que chaque organisation soit différente, il y a cinq principaux défis à relever lors de la mise à l’échelle des entreprises. 
 

  1. Entrer dans un état d’esprit agile

Les grandes entreprises, en particulier celles qui gèrent des projets hérités, se sont habituées à leurs différentes équipes travaillant en silos. Le développement et l’assurance qualité étaient des organisations distinctes. Les développeurs ont « terminé » leurs tâches, puis les ont transmises à l’assurance qualité pour les tester. Il y avait une réelle disparité entre la définition de «fait» par l’équipe de développement et la définition de «fait» par l’équipe de QA. 
 
Pour réussir à évoluer vers les entreprises, cet état d’esprit doit évoluer de «Je dois terminer mes user stories» à «Nous, (développement et assurance qualité) en tant qu’équipe, avons besoin de terminer nos user stories ensemble». En regardant le WIP comme un exemple, cela signifie que s’il y a 15 user stories dans le WIP, les développeurs n’ont pas terminé leur tâche tant que le QA n’a pas terminé le leur. Les développeurs doivent accepter que les user stories sur lesquelles ils travaillent ne soient pas « terminées » tant qu’ils n’ont pas été approuvés par le QA. 

 

  1. Gestion des projets hérités avec des cycles de version longs

Les projets hérités peuvent avoir de longs délais entre chaque livraison, ce qui ne cadre pas bien avec l’esprit agile des sprints rapides et des versions. Le problème est que dans le travail hérité, il n’y a pas toujours un client en baisse d’activité dans l’entreprise, exigeant des livraisons rapides et fréquentes. Il est facile de mettre les choses en attente et d’ignorer l’arriéré croissant.  Pour éviter cela, vous devez essayer de définir des jalons intermédiaires: des versions internes qui interrompent les longs cycles de publication pour empêcher les user stories de s’accumuler dans le backlog. Par exemple, si votre prochaine livraison n’est prévue que dans six mois, divisez ce long cycle et libérez une version alpha pour un groupe restreint d’utilisateurs internes dans un délai de deux mois, et une version bêta pour un groupe de clients externes amicaux deux mois après ça. Cela applique une tension constructive aux équipes et aide à garder tout le monde alerte et dans les délais d’une manière positive. 

 

  1. Passer à des cycles de développement et de test plus courts

Les longs cycles de publication sont réconfortants dans les environnements d’entreprise qui se sont habitués à développer des solutions complètes avec de nombreuses fonctionnalités pour toutes les plates-formes et tous les navigateurs. Mais pour les équipes de développement et de livraison, les choses peuvent devenir très inconfortables lorsque les fonctionnalités qui ont passé des mois dans le développement sont rejetées par vos clients. Agile stipule des cycles de développement courts. Pour accomplir ces intervalles plus courts, vous devez déplacer votre approche vers le mode «produit minimal viable» (MVP). Essayez de créer le plus petit produit utile et fonctionnel et expédiez-le aux clients dans des cycles de version courts. Vous pouvez ensuite surveiller les réactions des clients et modifier le produit dans les versions ultérieures. 

  1. Atteindre l’automatisation dès le premier jour (AD1) 

AD1 est une quête noble. L’immense contribution que l’automatisation apporte à la stabilité et à la qualité globale de votre produit est indiscutable. Les tests d’automatisation sont déterministes, ce qui les rend efficaces pour détecter les bogues de régression dans votre produit entre les versions. Cependant, cela signifie également que si votre produit change, vos tests d’automatisation seront interrompus. Le développement de tests d’automatisation nécessite un effort considérable de la part d’un personnel formé et que le travail doit être fait dans les premières phases du développement, lorsqu’un produit est beaucoup plus susceptible de changer. Il peut être difficile de synchroniser les tests d’automatisation avec le développement du produit. La solution, bien sûr, est de viser AD2 (ou AD3 ou AD4 …). Reporter vos tests d’automatisation et les développer selon une stratégie soigneusement élaborée. Commencez avec des tests manuels jusqu’à ce que vous atteigniez un certain degré de stabilité et que vous passiez ensuite à l’automatisation. Décider exactement quand et comment commencer à écrire des tests d’automatisation peut être un peu un art. Il varie d’un projet à l’autre en fonction des différentes considérations à prendre en compte
 

  1. Évaluer vos progrès

La mise à l’échelle agile pour les entreprises ne se fait pas d’un coup. Personne ne migre instantanément de la cascade à l’agile. C’est un processus qui prend du temps. Pour évaluer vos progrès, définissez des objectifs raisonnables en définissant des KPI agiles pour votre équipe. Un KPI très utile dans les environnements agiles est le « temps de cycle moyen« . C’est le temps que prend une histoire d’utilisateur pour passer à travers le WIP à partir du jour où le travail sur l’histoire de l’utilisateur a commencé jusqu’à ce qu’il soit cérémonieusement étiqueté «terminé». Il s’agit de l’un des indicateurs de performance clés les plus importants, car il mesure le temps nécessaire à la création d’une user story ou d’une fonctionnalité dans votre backlog et indique si vous êtes réellement en train de développer et de faire les choses assez rapidement. Idéalement, le temps de cycle moyen ne devrait pas dépasser un seul sprint, mais il peut y avoir une certaine variabilité entre les équipes. Tant que tous les membres de l’équipe peuvent convenir d’un temps de cycle moyen raisonnable, vous pouvez l’utiliser comme standard si les user stories commencent à glisser. Vous pouvez également éventuellement ajuster votre temps de cycle moyen. Au fil du temps, à mesure que l’équipe acquiert de l’expérience en travaillant ensemble et devient plus efficace, vous constaterez que les histoires des utilisateurs sont complétées plus rapidement. Lorsque vous vous trouvez constamment battre votre temps de cycle moyen, ce pourrait être le temps de le raccourcir. Vous pouvez également utiliser « travail en cours dans le temps », qui est une mesure du nombre d’user stories actives à un moment donné. Cela vous indique si vous ouvrez trop de pistes de développement, à quel point votre équipe est ciblée et si vous avez le temps de commencer et de compléter des user stories supplémentaires avant la fin du sprint. Une autre mesure est « le temps moyen de résolution des défauts ». Cela représente le temps nécessaire pour corriger les défauts de fonctionnalité jusqu’à ce que le produit soit prêt à être livré en production. Connaître cette moyenne vous permet d’allouer du temps entre la poursuite du développement et la correction des défauts. Vous pouvez même aller un peu plus loin et décomposer en fonction de la gravité des défauts, pour rendre vos estimations plus précises. 

 

Élevez-vous! 

Le principal obstacle à la mise à l’échelle de l’agilité dans les environnements d’entreprise est l’état d’esprit des personnes impliquées dans le processus. En s’attaquant directement à cet état d’esprit, vous pouvez aider les membres de l’équipe à changer leurs sentiments et à agir dans le cadre de leurs tâches quotidiennes. Et vous êtes capable de mesurer les performances pour voir que l’équipe continue de progresser et de se développer plus efficacement. Agile est un voyage qui exige un engagement à long terme de la part de tous ceux qui sont impliqués, mais cela en vaut la peine quand vous commencez à ressentir les avantages que l’agilité apporte à votre groupe de développement à plus grande échelle. 

0

Agilité
Pourquoi la gestion du temps est importante

Que nous lui assignions ou non une valeur monétaire, le temps nous est précieux. Pensez-y: Combien de votre semaine de travail typique passez-vous stressé de ne pas avoir assez de temps pour accomplir une tâche ou atteindre un objectif?
Il existe de nombreuses façons de résoudre le problème de la gestion du temps – vous pouvez télécharger des applications, ajuster votre temps de sommeil, créer des listes, etc. Mais si vous ne comprenez pas pourquoi il est important de gérer votre temps, ces applications et les listes ne vont pas vous aider. Si vous n’avez pas la motivation pour les utiliser, vous ne le ferez pas.
Vous devez d’abord regarder la grande image. Maîtrisez pourquoi il est important de gérer efficacement votre temps et ce que vous en retirerez. Vous pouvez commencer en passant en revue ces 8 raisons pour lesquelles la gestion du temps est cruciale:

1-Le temps est limité
Peu importe comment vous le découpez, il n’y a que 24 heures par jour. Cela s’applique à vous, et à votre collègue qui semble seulement capable de faire la moitié de la quantité de travail que vous faites. Mais cela s’applique également à l’ancien collègue qui accomplit systématiquement plus que vous, et a été promu en conséquence. Si vous voulez gravir les échelons, vous devez reconnaître l’importance de trouver un moyen de gérer cette ressource limitée.

2-Vous pouvez accomplir plus avec moins d’effort
Lorsque vous apprenez à prendre le contrôle de votre temps, vous améliorez votre capacité à vous concentrer. Et avec une attention accrue vient une efficacité accrue, parce que vous ne perdez pas de vitesse. Vous commencerez à passer plus rapidement à travers les tâches (la journée de travail semblera également passer).

3-Capacité de prise de décision améliorée
Que vous utilisiez une technique de découpage temporel ou que vous découvriez le pouvoir de la création de listes, vous découvrirez rapidement qu’un bon côté des avantages de la gestion du temps est la capacité à prendre de meilleures décisions. Lorsque vous vous sentez pressé par le temps et que vous devez prendre une décision, vous êtes plus susceptible de tirer des conclusions hâtives sans vraiment tenir compte de toutes les options. Cela conduit à une mauvaise prise de décision.
Grâce à une gestion efficace du temps, vous pouvez éliminer la pression qui vient de sentir que vous n’avez pas assez de temps. Vous commencerez à vous sentir plus calme et en contrôle. Lorsque vient le temps d’examiner les options et de prendre une décision, au lieu de vous précipiter dans le processus, vous pouvez prendre le temps d’examiner soigneusement chaque option. Et quand vous êtes capable de faire cela, vous diminuez vos chances de prendre une mauvaise décision.

4-Devenez plus efficace dans votre carrière
La gestion du temps est la clé du succès. Cela vous permet de prendre le contrôle de votre vie plutôt que de suivre le flux des autres. À mesure que vous accomplissez davantage chaque jour, prenez de plus en plus de décisions éclairées et que vous vous sentez plus en contrôle, les gens le remarquent. Les dirigeants de votre entreprise viendront à vous quand ils ont besoin de faire avancer les choses. Et cette exposition accrue vous permet de vous mettre en ligne pour des opportunités d’avancement.

5-Les opportunités d’apprentissage sont partout
Évidemment, plus vous apprenez, plus vous êtes précieux pour votre employeur. Et de grandes opportunités d’apprentissage sont autour de vous, si vous avez le temps de vous arrêter et de profiter d’eux.
Lorsque vous travaillez plus efficacement, vous avez ce temps. Vous pouvez aider avec ce nouveau produit sur lequel travaille votre équipe de développement. Faites du bénévolat pour aider à organiser la journée portes ouvertes de votre entreprise. Même simplement profiter d’un bon déjeuner avec des coéquipiers dans d’autres départements peut s’avérer révélateur.
Plus vous en apprendrez sur votre entreprise et votre industrie, meilleures seront vos chances de faire une impression positive sur le C-suite.

6-Réduire le stress
Lorsque vous n’avez pas le contrôle de votre temps, il est facile de se sentir pressé et submergé. Et quand cela arrive, il peut être difficile de déterminer combien de temps cela prendra pour accomplir une tâche. (Pensez à un moment où vous étiez sur le point de manquer une date butoir et que vous essayiez frénétiquement de terminer le projet.) Si quelqu’un vous a laissé une surprise à ce moment-là et vous a demandé combien de temps il vous faudrait pour terminer la tâche même commencer à répondre à leur question?)
Une fois que vous apprenez à gérer votre temps, vous ne vous soumettez plus à ce niveau de stress. En plus d’être meilleur pour votre santé, vous avez une image plus claire des exigences de votre temps. Vous êtes mieux en mesure d’estimer combien de temps une tâche donnée vous prendra pour terminer, et vous savez que vous pouvez respecter la date limite.

7-Temps libre est nécessaire
Tout le monde a besoin de temps pour se détendre et se détendre. Malheureusement, beaucoup d’entre nous n’en ont pas assez. Entre les emplois, les responsabilités familiales, les courses et l’entretien de la maison et de la cour, la plupart d’entre nous ont du mal à trouver 10 minutes pour s’asseoir et ne rien faire.
Avoir de bonnes compétences en gestion du temps vous aide à trouver ce temps. Quand vous êtes occupé, vous en avez plus. Vous accumulez plus de temps tout au long de votre journée que vous pouvez utiliser plus tard pour vous détendre, vous détendre et vous préparer à une bonne nuit de sommeil.

8-L’autodiscipline est précieuse
Lorsque vous pratiquez une bonne gestion du temps, vous ne laissez aucune place à la procrastination. Le mieux que vous obtenez, plus vous apprenez l’autodiscipline. C’est une compétence précieuse qui commencera à avoir un impact sur d’autres domaines de votre vie où un manque de discipline vous a empêché d’atteindre un objectif.

Le cycle positif de la bonne gestion du temps
En parcourant la liste ci-dessus, il est facile de voir l’effet multiplicateur de la gestion du temps. Une bonne gestion du temps vous permet d’accomplir plus de choses dans un laps de temps plus court, ce qui vous laisse plus de temps libre, ce qui vous permet de profiter des occasions d’apprentissage, diminue votre stress et vous aide à vous concentrer. Chaque avantage de la gestion du temps améliore un autre aspect de votre vie. Tout ce que vous avez à faire est de démarrer le cycle.
Plusieurs outils informatiques aident à la gestion du temps des ressources sur un projet. Celui que je vous recommande est JIRA le produit phare de la compagnie Atlassian.
Vous pouvez consulter nos formations sur ce logiciel pour savoir comment il fonctionne et savoir ce qu’il pourrait vous apporter dans votre travail
0

Agilité

Le développement logiciel agile s’est avéré être un avantage majeur pour différentes équipes, mais il peut affecter différemment les entreprises en fonction de leur taille et de la façon dont elles intègrent la méthodologie dans leurs opérations. Bien que l’agilité puisse apporter des avantages significatifs, le voyage n’est pas toujours facile. En fait, dans un sondage réalisé par le Dr. Dobb’s Journal, 68,6% étaient impliqués dans un projet dont ils savaient qu’il échouerait dès le départ. Cependant, les projets agiles ont enregistré un taux de réussite de 71,5%, contre seulement 62,8% des méthodes traditionnelles. Il est important de comprendre la cause profonde de ces problèmes afin de mieux préparer votre propre organisation aux projets agiles. Dans cet article, nous explorons quelques domaines communs qui ont un impact sur l’adoption du processus de développement agile dans les grandes entreprises 

 

Manque de clarté 

Les grandes entreprises comprennent souvent de grandes équipes composées de membres distants. Dans le cadre de stratégies agiles, il est important que toutes les personnes impliquées dans le projet collaborent, donc si les travailleurs distants ne peuvent pas communiquer facilement, il sera difficile de contribuer. Dans une interview accordée à StickyMinds, le PDG de Leading Agile, Mike Cottmeyer, a noté que l’un des défis les plus courants consistait à former des équipes de projet agiles et interfonctionnelles et à s’assurer que ces groupes sont en mesure d’éliminer l’arriéré. 

«À grande échelle dans les grandes organisations, il est incroyablement difficile de trouver un modèle qui permet aux équipes de se réunir et de rester ensemble et d’être tenus responsables et d’établir une vitesse stable et tout ce genre de choses», a écrit Cottmeyer. « Nous recherchons des endroits pour aligner les processus métier, la technologie et les équipes dans ces unités qui peuvent finalement devenir des équipes agiles et devenir plus lâchement couplées au reste de l’organisation. » 

Les équipes peuvent être rassemblées grâce à la clarté du partage de l’information. Quels que soient les outils choisis, ils doivent renforcer cet atout important. Ces types de ressources permettront de mieux soutenir les efforts de développement agiles. Il est également important de sélectionner un outil de gestion de projet Agile qui clarifie l’ensemble de l’équipe (surtout lorsqu’il s’agit d’une équipe distribuée) et les responsables qui ont besoin d’informations sur les progrès. Bien sûr, c’est un plus si cet outil peut être intégré à l’outil de gestion de test agile. 

 

Recours continu aux méthodes héritées 

Lorsque vous passez à l’agilité, il faut un changement important dans la culture. Cependant, certaines équipes utilisent encore la cascade et d’autres stratégies héritées pour certaines opérations, ce qui peut entraîner une défaillance agile. Selon le neuvième sondage annuel de StateOne sur l’état de l’agilité, 42% des participants ont indiqué que leur culture d’entreprise était en contradiction avec les valeurs agiles de base et que 37% se sentaient obligés de suivre les processus traditionnels. Pour aggraver les choses, les participants ont mentionné le manque de soutien de la part de la direction et le manque de volonté de l’équipe à suivre l’agilité comme raisons de l’échec de leurs projets agiles. Puisque l’agilité entraîne des changements considérables, comme des cycles de libération plus rapides et un développement continu, disposer de ressources et de soutien est essentiel à son succès. Cependant, comme l’a révélé l’enquête, 44% des répondants ont cité cette capacité à changer la culture organisationnelle comme le plus grand obstacle à une adoption agile plus poussée, tandis que 32% croyaient que les cadres rigides / cascade préexistants étaient à blâmer. «Nous savons que l’agilité est d’abord« comment vous pensez »et ensuite« ce que vous faites », a écrit Agile Alliance en réponse à l’enquête VersionOne. «Si la culture de votre organisation est ignorante ou totalement hostile aux principes et aux valeurs agiles, les perspectives de réussite au-delà des poches isolées d’équipes agiles sont minces. Comment comprendre que l’agilité impacte les valeurs organisationnelles et facilite cette transformation est la première étape d’agilité, et plus de succès avec agile comme un moyen de livraison réussie.  » 

 

Expérience inadéquate avec agile  

Peut-être la principale raison pour laquelle les projets agiles échouent dans les grandes entreprises est le fait que les gens n’ont tout simplement pas d’expérience avec la méthodologie ou comment l’intégrer. En fait, selon l’enquête VersionOne, il s’agissait de la principale cause d’échec du projet agile, cité par 44% des participants. Pour cette raison, les organisations devraient créer un plan de match et fournir de l’expérience grâce à des programmes pilotes et à du coaching. Dans son interview, Cottmeyer a noté que les entreprises essaient souvent de prendre de petits projets dans un contexte plus large ou de transformer de grands projets en initiatives agiles. Cependant, sans les connaissances adéquates, les chances d’échec dans ces cas sont beaucoup plus élevés. C’est un point vraiment important qui est souvent sous-estimé dans de nombreuses transformations Agiles. Comment les rôles changent-ils dans cette nouvelle approche de développement de logiciel? Qu’est-ce que cela signifie de travailler en itérations? En formant les nombreux rôles qui entrent dans la formation des équipes interfonctionnelles, ils seront plus à même de tirer parti des méthodologies de test agiles et de s’assurer que leurs projets réussissent dans le cadre de la nouvelle approche. Les gestionnaires devraient également être inclus dans la formation parce que leurs rôles et responsabilités changeront radicalement en utilisant Agile. Ils doivent comprendre comment fonctionne l’auto-organisation et comment créer un environnement où l’auto-organisation peut prospérer. Ils doivent également comprendre les nouvelles mesures qu’ils devraient envisager et comment les obtenir. 

 

Manque de collaboration dans les équipes composées par différentes entreprises  

Un autre problème, lié au premier problème décrit, est le manque de collaboration au sein des équipes composées de membres représentant différentes organisations sous-traitées. Dans ce contexte, l’équipe n’est pas vraiment une équipe partageant les mêmes objectifs et le même plan. Il n’y a pas un seul jeu coopératif mais de nombreux jeux et les différents jeux ont des objectifs différents. Les membres de l’équipe doivent répondre aux objectifs du projet ainsi qu’à ceux mis de l’avant par leur propre organisation. Cependant, ce dernier peut ne pas être aligné avec les objectifs d’autres sous-traitants travaillant sur le même projet. Pour aggraver les choses, dans de nombreuses occasions, une entreprise est sous-traitée pour remplir tous les postes dans un domaine d’expertise (par exemple en sous-traitant une entreprise pour faire le test). Comme nous le savons tous, la qualité est la responsabilité de toute l’équipe, mais lorsqu’il y a des désaccords, c’est entre les domaines d’expertise et les entreprises. Bien sûr, ce n’est pas un problème d’Agile en soi, mais dans les environnements Agiles où de courtes itérations pendant lesquelles tous les membres doivent interagir et collaborer activement peuvent devenir un problème majeur. Dans ce contexte, constituer une équipe partageant les mêmes objectifs et où les membres collaborent réellement est un défi majeur, et nous savons qu’une collaboration efficace est importante pour la réussite du projet. 

 

Absence de stratégie de test  

L’un des domaines les plus mal compris dans les transformations Agile est la façon dont les tests sont effectués. Le rôle du testeur change et les compétences requises pour remplir ce rôle changent également. Les tests doivent être effectués itérativement sur des fonctionnalités qui, en les regardant avec un esprit ancien, ne sont pas complètement terminées. De plus, des tests de régression sont nécessaires pour s’assurer que les fonctionnalités déjà construites continuent de fonctionner. Il est clair que cela implique des changements profonds pour les équipes d’assurance qualité. Ne pas comprendre cela est une cause majeure de déception dans de nombreuses tentatives de transformation agile. Comme indiqué précédemment, une formation adéquate pour le personnel d’assurance qualité et la sélection d’un bon outil de gestion des tests agile est d’une importance capitale.  

 

Manque d’alignement dans d’autres domaines de l’entreprise  

Il est très commun dans les grandes entreprises que, tandis que certaines zones fonctionnent avec des méthodologies Agile, d’autres ne le font pas. Le problème se pose lorsque ces zones doivent interagir. Lorsqu’une équipe Agile a besoin de quelque chose d’un autre groupe au cours d’une itération, et que cet autre groupe fonctionne différemment, a un horaire différent et ne comprend pas qu’en ne fournissant pas ce qui est nécessaire, l’équipe Agile ne sera pas en mesure de compléter le travail pour lequel il s’est engagé, il y a un problème. C’est une erreur courante dans les grandes entreprises de penser que cette interaction sera possible et fonctionnera sans heurt. Dans de nombreuses occasions, ce n’est pas le cas. Modifier la structure des équipes devrait être l’objectif à long terme. Comme le dit Mike Cottmeyer sur le front mentionné dans le document « True Agility est sur le point de briser les dépendances à travers l’ensemble de l’organisation ». Dans l’intervalle, viser à aligner les unités opérationnelles et veiller à ce que les gestionnaires des domaines qui ne travaillent pas avec Agile comprennent les implications de l’interaction avec des équipes qui fonctionnent de la nouvelle façon. 

 

Des équipes plus grandes et de grandes structures pyramidales 

Il est clair que les équipes doivent être à peu près de la même taille, quelle que soit la taille de l’entreprise, le nombre idéal étant de sept membres de l’équipe. Cependant, il arrive souvent que le nombre d’équipes travaillant ensemble soit supérieur à ce qui est réellement nécessaire pour le projet. Cela peut se produire à cause de la restructuration des équipes, parce que les structures pyramidales tendent à entraîner la création d’équipes plus importantes, à cause de la culture ou simplement parce que les grandes entreprises ont beaucoup d’employés. Le problème s’aggrave encore lorsque les membres de l’équipe sont partiellement affectés au projet car l’engagement n’est pas le même. Ajouté à cela, il y a le problème des cadres intermédiaires qui participent au projet d’un point de vue encore plus externe. Le prix à payer pour les équipes surchargées est d’avoir plus de complexité, de plus grandes réunions et une productivité réduite. Une autre situation à laquelle les équipes des grandes entreprises doivent faire face est d’avoir de nombreux patrons dans l’équipe. Alors que Scrum encourage l’équipe à s’auto-organiser et que chaque membre de l’équipe soit courageux et décide de la meilleure tâche avec laquelle collaborer, avoir un boss au sein de l’équipe (par exemple son chef de technologie ou architecte) la décourage. Les équipes innovantes ont des structures plates et le plus souvent, ce n’est pas le cas dans les grandes entreprises. Beaucoup de grandes entreprises, dont la plus importante est Amazon, sont organisées en équipes autonomes ne dépassant pas 10 membres. Amazon a appelé cette règle « l’équipe de deux pizzas » car l’équipe idéale devrait être assez petite pour que ses membres puissent être nourris avec deux pizzas.  

 

Ne pas changer les objectifs 

Un des points que Jim Highsmith fait dans son livre Agile Project Management est «Si le changement, l’adaptation et la flexibilité sont les marques de fabrique de projets agiles et conformes aux plans est la marque de fabrique des projets traditionnels, pourquoi mesurons-nous encore le succès des projets agiles? les cadres traditionnels?  » La modification radicale de l’approche de développement devrait englober la modification des objectifs de gestion de la performance de l’organisation s’ils ne sont pas alignés. Dans le cas contraire, l’équipe de développement travaillerait contre un ensemble d’objectifs tandis que l’équipe de gestion contre un autre. En outre, considérez l’impact des mesures de performance individuelles sur le travail d’équipe pour mesurer l’équipe sur les résultats globaux, et non sur l’activité individuelle. 

Conclusion 

Les grandes entreprises traitent souvent de problèmes plus grands et plus complexes que les petites. Ils ont plus d’employés, des entreprises sous-traitantes, des unités d’affaires différentes, plus de processus et une culture forte qui définit comment les choses sont faites. Dans le même temps, ils doivent être en mesure de fournir des résultats dans un environnement commercial en constante évolution. Ils doivent être agiles. Les grandes entreprises qui font une transformation agile devraient apprendre des nombreuses autres entreprises qui ont déjà suivi cette voie. Agile peut prendre du temps pour bien faire les choses, mais en comprenant les défis auxquels les autres organisations sont confrontées, ils peuvent prendre ces leçons en compte pour leurs propres stratégies. Cela aidera les entreprises à mieux planifier leur transition vers des opérations agiles et à augmenter leurs chances de succès. 

0

JIRA

Votre entreprise est un écosystème de services interdépendants avec un système adaptatif complexe. 

 

Un tas de compagnies ont commencé leur voyage d’augmenter leur agilité avec Scrum. Cela n’a pas résolu tous leurs problèmes. Le Kanban permet aux organisations de faire évoluer leurs systèmes de prestation de services vers une agilité commerciale mature. 


Comme indiqué dans How Kanban Saved Agile, le Scrum pur est extrêmement rare. Scrumbut (étiquette dénigrante qui a été engendrée par de nombreuses organisations rapportant qu’ils font du Scrum, sans pour autant respecter les normes …) d’autre part, est extrêmement commun.

Pour ne pas être qualifié de Scrumbut, votre entreprise a besoin de :

+ Equipe de développement interfonctionnel de 7 +/- 2 personnes – TOUTES les compétences requises pour livrer des projets sont présentes dans l’équipe – il n’y a pas de dépendance externe à l’équipe;  
+ Une source de demande sans contraintes de capacité: le Product Owner est le client ET membre à temps plein de l’équipe;
+ Les sprints durent un mois ou moins, commencent par le démarrage d’une nouvelle demande du propriétaire du produit et se terminent par la livraison d’augmentations de produit potentiellement livrables, suivies d’une rétrospective sur la façon de faire le meilleur sprint suivant;
+ «Potentiellement livrable» signifie que la décision de savoir si la livraison  est réellement une décision des affaires. Tout le travail technique est fait;  
+ Si tout le travail technique requis pour livrer n’est pas fait, alors le Sprint est un Sprint échoué;
+ Le Scrum Master est un leader serviteur et un éducateur Scrum pour toute l’organisation. 

 

Combien d’organisations connaissez-vous avec les équipes Scrum qui répondent à toutes les exigences ci-dessus? Je n’en connais pas. 
 
Alors, quelle est la solution? Abandonner le Scrum? Sommes-nous toujours en train d’obtenir des avantages du Scrumbut? Reconnaissons ce qui se passe vraiment avec de vraies équipes dans le monde réel et appelons cela Scrum. Reportons-nous à la check-list ci-dessus comme « Scrum idéal ». 

 
Voici quelques raisons expliquant pourquoi ajouter des couches de dimensionnement Agile autour des équipes :

+ Les équipes ne sont pas entièrement inter fonctionnelles;  
+ Les équipes ont des dépendances externes et opaques;  
+ Un grand nombre de ces dépendances sont des services partagés avec de multiples sources de demande et des capacités limitées – souvent surchargées;  
+ Les dépendances externes peuvent être d’autres équipes-la demande des autres équipes apparaît dans leur carnet de commandes, priorisé par leurs propres propriétaires de produits;
+ De nombreuses dépendances ne jouent pas du tout les mêmes règles: certaines résident dans une autre partie de l’organisation, avec des structures et des forces politiques différentes;  
+ Les Product owner représentent un éventail de multiples sources de demande, avec des attentes de niveau de service, des origines stratégiques, un degré de clarté, une urgence et des forces politiques différents qui les poussent vers l’organisation de livraison;  
+ Les backlogs produits sont principalement constitués de solutions définies par les parties prenantes et traduites par les pseudo-Product Owner en pseudo-user stories – comment ils y arrivent est opaque, le «floue front end» – et quelque part ici un engagement de livraison floue était déjà fabriqué;  
+ Le travail d’un sprint comprend tout le travail que peuvent accomplir les équipes non inter fonctionnelles – alors que toutes les équipes sont «exécutées», elles sont livrées à un groupe d’équipes ou à des étapes de processus assez bien défini au niveau organisationnel mais en dehors de l’influence des équipes);  
+ Les décisions de livraison sont prises en fonction des contraintes imposées par la technologie, les systèmes et leurs porteurs (pour des raisons historiquement bonnes);  
+ Les équipes sont «faites» à la fin de chaque Sprint, mais beaucoup de travail reste à faire avant que leur travail «fait» soit potentiellement livrable;  
+ Les Scrum Master sont tenus collectivement responsables des livrables collectifs des équipes et de leur capacité à coordonner et à intégrer l’équipe – la responsabilisation par le comité se traduit par le fait que personne n’est réellement responsable. Les cadres intermédiaires se démènent pour ramasser les pièces parce qu’ils sont réellement responsables des résultats livrés. 

 

 

De manière générale, les méthodes de dimensionnement Agile visent à appliquer des enveloppes Agiles plus grandes autour de grappes d’équipes Agiles afin de rétablir une certaine structure hiérarchique nécessaire pour gérer les interdépendances décrites ci-dessus. Qu’il s’agisse d’un train de lancement ou d’un Nexus, ou autre chose, l’idée est qu’il existe une «équipe d’équipes agile» qui gère les interdépendances de plusieurs équipes plus petites. Tant que le nombre total de personnes ne dépasse pas le nombre de Dunbar (~ 150), le groupe de Dunbar est dédié et inter fonctionnel, il y a une équipe gérant les interdépendances dans le groupe de Dunbar, il n’y a pas de dépendances en dehors du groupe et il y a une certaine cadence (1-3 mois) de livraison intégrée – c’est toujours « Agile ». Tout cela jusqu’à ce qu’un groupe Dunbar (et seulement jusqu’à présent) permette à l’entreprise de rester «Agile» – Agile dimensionné. Tout cela est censé être plus réaliste que le Scrum idéal (avec peut-être une superposition de Scrum de Scrums et Scrum de Scrum de Scrums). Ça ne l’est pas. Combien d’organisations connaissez-vous qui peuvent se permettre d’avoir ~ 150 personnes 100% dédiées à un seul produit?  

Comment le Kanban règle-t-il ce problème? Votre entreprise est un système adaptatif complexe. Vous y introduisez un système Kanban tel qu’il est probable que le système adaptatif complexe soit stimulé pour s’améliorer. L’approche de la pensée systémique pour introduire le Kanban est pourrait avoir du succès: 

  1. Comprenez le but du système – identifiez explicitement les services que vous fournissez, à qui vous les fournissez et pourquoi; 
  2. Comprendre les choses au sujet de la prestation de service dont les gens ne sont pas satisfaits aujourd’hui – à la fois ceux dont les besoins sont traités par le service et ceux qui font le travail de prestation de service; 
  3. Définir les sources de la demande – ce dont vos clients se soucient et pourquoi; 
  4. Décrivez la capacité de votre système à satisfaire ces exigences; 
  5. Cartographier le flux de travail des éléments de valeur reconnaissable par le client, en commençant par un besoin connu du client et en terminant par le besoin de franchir les étapes de la découverte des connaissances primaires (équipes Scrum quelque part au milieu, vers la fin) , ne pas boucler les flux de valeurs; 
  6. Découvrez les classes de service – il existe des schémas sur la façon dont les différents types de travail circulent dans votre système (ils ne sont pas arbitrairement décidés par les pseudo-Product Owners), quels sont-ils? Regroupez-les, ce sont des classes de services et leur connaissance permet une gestion des risques puissante; 
  7. Avec tout ce qui précède en tant qu’entrée, concevez le système Kanban pour le service; 
  8. Apprenez à faire les étapes 2 à 7 et commencez à l’appliquer directement à votre propre contexte dans une classe Kanban System Design; 
  9. Socialiser et déployer (apprendre en participant à une masterclass de coaching professionnel Kanban); 
  10. Mettre en place des cadences de rétroaction en boucle pour une évolution continue: apprenez les 7 cadences kanban et commencez à appliquer à votre propre contexte dans une classe de professionnels de la gestion Kanban; 
  11. Répétez l’opération avec tous les services interdépendants de votre organisation.  

Certains outils informatiques existent pour matérialiser les tableaux de Kanban. C’est le cas par exemple de JIRA un produit Atlassian. 

Pour savoir comment kanbaniser son projet avec JIRA vous pouvez consulter l’article suivant … 

 

Pour les Agilistes qui ont lu jusqu’ici et ne comprennent toujours pas, vous pouvez lire: 
 
14 choses que tout agiliste devrait savoir sur Kanban de Travis Birch : 

 

  1. La méthode Kanban ne concerne pas la transformation. Du moins pas la marque radicale et profonde de transformation Satir J-Curve qui a été tentée dans de nombreuses organisations. Trop souvent avec l’approche radicale, il y a suffisamment de résistance au changement et suffisamment de chaos pour que les dirigeants de l’organisation perdent patience face à l’initiative de changement avant que le système ait une chance de se rétablir.  
  2. En outre (et dangereusement), beaucoup de soi-disant champions du changement ne sont pas conscients que Satir était un psychothérapeute et que sa méthode J-Curve a été employée pour changer l’identité de ses clients, les briser et les reconstruire. Ce qui est important ici, c’est que Satir était un professionnel de la psychologie travaillant avec des clients volontaires pour les aider à se transformer en les gens qu’ils voulaient être. Ce n’est pas le cas de la plupart des professionnels du savoir. Les travailleurs du savoir ont tendance à ne pas rechercher ce type de service auprès des gestionnaires et des entraîneurs. Une version plus brutale de cette technique a été employée pour transformer les adolescents en soldats mortels.  
  3. Au lieu de la transformation profonde de la courbe J, la méthode Kanban propose de petites expériences rapides en courbe J. Cette approche du changement provoque moins de résistance, évite les périodes prolongées de raclée dans le chaos et les tests sévères de la patience du leadership. Les petites expériences en J-Curve bien conçues produisent juste assez de stress organisationnel pour stimuler le changement sans tomber dans le chaos profond et le désespoir et forcer la régression d’une organisation à des niveaux inférieurs de confiance et de maturité.  
  4. La méthode Kanban est un système de gestion pour la conception et l’évolution des services interdépendants d’une organisation. Ces services sont souvent composés de plusieurs équipes Scrum, de services partagés, de gestionnaires, de cadres supérieurs et de spécialistes et sont souvent eux-mêmes desservis par d’autres services. Chaque service est livré via un système d’étapes de découverte des connaissances (plutôt que de transfert). Voyez plus ici.  
  5. La conception d’un système détermine l’aptitude à l’emploi, le flux de valeur et la qualité du service (comme le démontre l’expérience Red Bead de Deming). Il ne s’agit pas d’équipes performantes. Il s’agit de la performance du système.  
  6. La transparence du système permet aux travailleurs du savoir de s’auto-organiser autour du travail parce qu’ils comprennent le système et ont la certitude de savoir quoi faire pour fournir le service. 
  7. Les gestionnaires Kanban sont des gestionnaires de systèmes, pas des gestionnaires de personnes et non des coachs. 
     
  8. Le Kanban au niveau de l’équipe est en fait une forme de kanban proto-kanban encore, mais à l’état immature, un rendu incomplet d’un système de prestation de services. 
     
  9. Un système Kanban est un système de traction. La capacité du système est calibrée pour un débit optimal. De nouveaux travaux entrent dans le système lorsqu’il y a une capacité suffisante pour absorber le nouveau travail sans surcharger le système et perturber le flux. La demande est équilibrée par rapport à la capacité. 
     
  10. Toute demande est potentiellement réfutable. Lorsqu’il y a une capacité dans le système à commencer de nouveaux travaux, les sources de la demande collaborent pour déterminer quel est le travail le plus important à commencer et le système est réapprovisionné. 
  11.  
    Décider de la marche à suivre est basé sur une évaluation des risques économique et transparente. 
     
  12. Une fois que le système est réapprovisionné et qu’il existe un engagement à fournir le travail nouvellement commencé, les risques sont gérés avec des politiques explicites telles que les classes de service, les limites de work-in-process, les critères de pull-readiness, les boucles de rétroaction et les métriques pertinentes vitesse d’équipe). 
     
  13. Le délai moyen d’exécution du projet ou de la fonction jusqu’à l’achèvement est une mesure de base. L’amélioration du système entraîne une réduction à la fois du délai et de la variabilité du délai. Les prévisions de livraison sont basées sur des données de délais historiques. Les délais sont également gérés avec des données de délai (c’est-à-dire décider quand commencer quelque chose). 
     
  14. Tout ce qui précède est la responsabilité de la direction. Cela devrait laisser peu de capacité de gestion pour surveiller la performance individuelle et la vitesse du point de l’histoire des équipes (nombre de billes blanches). Un signe d’un système kanban mûr est que les gestionnaires ont amélioré leur comportement et sont axés sur l’amélioration du système et que les travailleurs du savoir sont libres de s’organiser autour du travail en tant que professionnels adultes qualifiés. 
0

Ville intelligente

Les projets Ville Intelligente comprennent souvent de nombreux composants interconnectés basés sur des idées telles que Mobilité Intelligente ou Initiatives Ville Verte. Ils abordent les défis d’un monde en mutation et de villes modernes. Il est largement connu que la mobilité et la gestion intelligente des transports sont l’une des préoccupations les plus importantes de toute zone urbaine. En raison de la mise en œuvre et des possibilités liées à la Ville Intelligente, nous pouvons améliorer la qualité de vie et améliorer le bien-être des citoyens.

Imaginez que votre téléphone vous conseille de sortir du lit plus tôt que la veille parce que le trafic devrait être lourd ou que le moyen le plus rapide de travailler aujourd’hui est … votre vélo. C’est une mobilité intelligente en action. Il permet aux utilisateurs mobiles de savoir quand le prochain tram, le métro ou le bus partent, avec des informations en temps réel pour tous les arrêts, horaires intégrés et informations routières permettant aux citoyens de se déplacer sur les transports en commun sans tracas. Grâce à la communication entre les utilisateurs, les capteurs de rue, les capteurs de véhicules et l’analyse intelligente des données, la commodité est entièrement possible.

Certaines compagnies comme comarch proposent des solutions technologiques pour rendre une ville un peu plus intelligente :
Application mobile : La navigation vous indique la manière simple, optimise le voyage du client et prend en compte les préférences et les goûts des utilisateurs. Les services de géolocalisation et de localisation donnent des informations précises sur les points d’intérêt, les arrêts à proximité, les itinéraires de transport public, les directions, etc. Le planificateur de voyage est très utile pour chaque utilisateur ; Sur la base d’informations provenant de différentes sources recueillies dans l’application, les citoyens peuvent planifier leur voyage en utilisant différents moyens de transport. Les utilisateurs ont également accès à des données différentielles, comme la circulation ou la pollution atmosphérique collectées en un seul endroit. L’application peut afficher une liste, ou une vue de carte, de partenaires proches – magasins, restaurants, cinémas et bien d’autres encore. L’utilisateur de l’application mobile sélectionne une offre et peut immédiatement obtenir des informations sur les heures d’ouverture, l’emplacement et l’itinéraire le plus rapide vers la destination de l’offre. Avec toutes ces fonctionnalités, il est beaucoup plus facile de planifier un voyage dans la ville ou tout simplement d’optimiser votre temps. En outre, les clients peuvent personnaliser leurs comptes en ajoutant leurs lieux, magasins ou offres préférés, et peuvent également vérifier leur propre panier ou historique de compte. Les utilisateurs peuvent définir la limite pour les types d’offres qu’ils souhaitent recevoir ou personnaliser les alertes concernant des lignes de métro ou d’autobus spécifiques. Grâce à la technologie GPS, nous pouvons donner des indications précises sur la rue, et avec la Beacon Technologie, nous avons l’occasion supplémentaire de guider les clients lorsqu’ils se trouvent à l’intérieur des bâtiments. De plus, les clients peuvent également vérifier leur propre historique de panier ou de compte.
Portail web : Transport public plus efficace dans une ville intelligente. L’objectif principal est de faire un guide de transport efficace, convivial et interactif pour l’utilisation du métro, du bus et d’autres moyens de transport public. Le portail Web permet aux utilisateurs de trouver l’itinéraire le plus rapide et le plus rentable avec les escales définies ; En minimisant la distance parcourue et / ou le temps pris. C’est l’endroit où les utilisateurs peuvent planifier les voyages en ville en prenant en compte tous les types de transport public, et aussi obtenir des informations sur les événements dans la région. Les utilisateurs ont également la possibilité de vérifier les horaires, de gérer tous les jours afin d’éviter les embouteillages, de marquer leurs endroits préférés, de choisir des catégories d’offres ou de voir chaque offre intéressante spécialement conçue pour eux. Avec la gamification, les utilisateurs peuvent interagir avec d’autres personnes via la section gamifiée du site. Grâce à tous ces avantages, les clients peuvent organiser leur temps de manière plus efficace et optimiser leurs activités quotidiennes.
Gestion de l’infrastructure Beacon : Certaines entreprises utilisent des beacon. Ce sont des capteurs Internet de choses (IOT) qui transmettent des signaux radio aux appareils mobiles, offrant des informations et déclenchant une action basée sur une logique métier. C’est une solution innovante qui permet aux entreprises d’avoir des conversations personnalisées avec les clients lorsqu’elles se trouvent dans une certaine proximité du lieu d’activité. Il permet une communication bidirectionnelle entre l’application et l’émetteur, et fonctionne à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. La technologie Beacon permet également aux utilisateurs professionnels de mieux comprendre le comportement du client. C’est ainsi qu’un message contextuellement pertinent peut trouver son chemin vers le client en temps réel.

La compagnie Rosie Bot veut utiliser les avantages de cette technologie :
Simplicité : avec la connexion directe au réseau, il est plus facile que jamais de simplifier la configuration, la gestion et le support des Beacon ;
OS agnostique : s’intègre parfaitement avec iOS, Android et Windows Phone ;
Longue durée : une batterie remplaçable facilement et un étui résistant garantissent une longue durée de vie pour les balises ;
Possibilités infinies : fonctions multiples, divers secteurs d’affaire et industries ;
Fonctionnalités enrichies : intégration facile avec d’autres produits sur le marché ;
Intelligence contextuelle : interagit avec les applications mobiles en fonction des besoins de l’entreprise ;
Sécurisé : L’ID unique de chaque balise est autorisée par une application compatible à chaque tentative de communication ;
Contrôle en temps réel : contrôle par capteur sur différents paramètres dans des endroits distants (lumière, température, emplacement) à tout moment et n’importe où ;
Configurable : ses paramètres et son comportement dans lequel il sert votre application mobile peuvent être configurés et gérés rapidement à distance via une plateforme de gestion mobile ;


Principes de la « Ville Intelligente »

Il est tout aussi important d’utiliser la vie urbaine et le « lieu » comme point de départ pour orienter l’application de la technologie dans les systèmes urbains et, par analogie, un principe candidat pour l’agenda numérique dans les villes pourrait être :

Principe 1 : Considérer la vie urbaine avant le lieu urbain ; Considérer l’endroit urbain avant la technologie.
Des travaux scientifiques récents ont montré que le taux de changement augmente dans la société moderne – et plus particulièrement dans les villes à mesure qu’elles grandissent. Le professeur Ian Robertson, du Trinity College Dublin, a même montré que, lorsque les villes grandissent, les gens marchent plus vite ainsi, dans les nombreuses villes qui se développent de manière organique et en continuant d’attirer l’immigration, deux autres principes candidats pourraient être :
Principe 2 : Démontrer une durabilité, une évolutivité et une résilience sur un délai prolongé.
Principe 3 : Démontrer une flexibilité sur un délai prolongé.

Infrastructures physiques et construction
Une difficulté dans la plupart des bâtiments existants est de les adapter pour soutenir les nouvelles infrastructures technologiques – pour mettre à jour le câblage ou pour ajouter des câbles pour les nouvelles technologies réseau, par exemple. Toute prévision spécifique concernant nos besoins pour de telles infrastructures à l’avenir sera probablement erronée ; Mais il est certain que ces besoins seront différents d’aujourd’hui ; et donc :

Principe 4 : Les bâtiments neufs ou rénovés devraient être construits pour contenir suffisamment d’espace pour les besoins futurs actuels et prévus pour l’infrastructure technologique, comme les câbles à large bande ; Et de matériaux et de structures qui n’empêchent pas les réseaux sans fil. Les espaces pour le support du câblage fixe et d’autres infrastructures devraient être facilement accessibles afin de faciliter les changements futurs d’utilisation.

En outre, les tendances plus générales qui sont influencées par la technologie – comme le travail mobile, les espaces de travail collaboratifs, les magasins instantanés et la disparition de certaines entreprises de détail traditionnelles – prouvent que le taux de changement dans les utilisations auxquelles nous voulons mettre des bâtiments et les espaces urbains augmentent. Cela conduit à un autre principe candidat :

Principe 5 : Les bâtiments neufs ou rénovés devraient être construits de manière à être aussi fonctionnellement souples que possible, en particulier en ce qui concerne leur accès, leur infrastructure et la configuration de l’espace intérieur ; Afin de faciliter les futurs changements d’utilisation.

Ce qui suit est un énoncé de principes directeurs à prendre en compte dans la définition d’une ville intelligente :

Principe 6 : Tout développement devrait garantir que la connectivité filaire et sans fil est disponible tout au long de l’année, aux normes les plus élevées de la bande passante actuelle et avec la capacité de se développer à toute croissance prévisible de cette norme.
Principe 7 : Tout nouveau développement devrait démontrer que toutes les mesures raisonnables ont été prises pour que les informations provenant de ses systèmes technologiques puissent être ouvertes sans frais supplémentaires. L’existence ou non d’informations disponibles dépendra d’un accord commercial et juridique, mais elle ne devrait pas non plus être soumise à des dépenses déraisonnables. Et lorsqu’il n’y a pas de raison commerciale ou juridique convaincante pour que les données soient fermées, elles devraient effectivement être ouvertes.
Principe 8 : Les systèmes d’information de tout nouveau développement devraient être conformes aux meilleures normes actuelles disponibles en matière d’interopérabilité entre les systèmes informatiques en général ; Et pour l’interopérabilité dans l’environnement bâti, les infrastructures physiques et les villes intelligentes spécifiquement.
Principe 9 : Les nouveaux développements devraient démontrer qu’ils ont considéré la viabilité commerciale de fournir les services d’infrastructure civique numérique recommandés par des sources de recherche crédibles.
Principe 10 : Toute donnée concernant un nouveau développement qui pourrait être utilisé pour réduire la consommation d’énergie au sein de ce développement ou dans des zones connexes d’une ville devrait être ouverte.
Principe 11 : Les propositions de développement immobilier devraient indiquer comment elles attireraient les entreprises et les locataires en fournissant des infrastructures durables à jour pour la chaleur et l’énergie, telles que la cogénération, les compteurs intelligents, les réseaux énergétiques locaux et l’énergie solaire.
Principe 12 : Les consultations sur les plans de nouveaux développements devraient exploiter pleinement les capacités des médias sociaux, des mondes virtuels et d’autres technologies afin de s’assurer que les communautés touchées par elles bénéficient de l’opportunité la plus large et immersive possible de contribuer à leur conception.
Principe 13 : Les entreprises de gestion, les autorités locales et les développeurs devraient avoir une présence véritablement intéressante dans les médias sociaux afin qu’ils soient accessibles de manière informelle.
Principe 14 : Les autorités locales devraient soutenir les programmes de sensibilisation et d’activation pour les médias sociaux et les technologies connexes, en particulier les initiatives de base dans les communautés locales.
Principe 15 : Les programmes de développement urbain et de régénération devraient favoriser la formation, l’activité et le succès des initiatives alimentaires locales en coopérant avec les programmes communautaires et de soutien aux entreprises afin de soutenir les infrastructures dont elles ont besoin pour réussir et grandir.
Principe 16 : L’hébergement résidentiel devrait intégrer un espace pour la surveillance de l’environnement, les portails interactifs et la connectivité pour permettre le support à distance, les systèmes de télésanté et le travail à domicile
Principe 17 : Les nouveaux développements devraient démontrer grâce à l’utilisation des dernières techniques de modélisation urbaine qu’ils augmenteront la connectivité – en particulier par la marche et le cyclisme – entre des quartiers importants de création de valeur et des zones prioritaires économiques qui sont adjacentes ou proches d’eux.
Principe 18 : Les développements devraient offrir l’opportunité d’une interaction et d’une innovation fortuites entre les acteurs de différentes professions.
Principe 19 : les développements devraient fournir, ou devraient être adaptables pour fournir, des installations pour permettre l’emplacement et la réussite des futures façons de travailler, y compris le travail à distance et mobile, les « laboratoires fabriques » (installations d’impression 3D), les établissements « pop-up » et les travaux collaboratifs Espaces de travail.
Principe 20 : La planification, l’utilisation et d’autres politiques régissant l’utilisation de l’espace et des structures urbaines devraient faciliter l’innovation et les changements d’utilisation, y compris les changements temporaires d’utilisation.
Principe 21 : Tout système d’information dans un développement de la ville devrait fournir une politique claire pour l’utilisation des informations personnelles. Toute utilisation de cette information devrait être avec le consentement de l’individu.
Principe 22 : Les plans de transport soutenant les nouveaux développements devraient démontrer qu’ils ont non seulement prévu la demande de transport traditionnelle, mais aussi ceux qui pourraient être créés par des modèles commerciaux en ligne et d’autres technologies sociales.
Principe 23 : Les nouveaux développements devraient démontrer que leur conception tient compte des dernières pratiques et modèles les plus récents et émergents des villes intelligentes, de l’urbanisme intelligent, de l’urbanisme numérique et du décor.


7 étapes de créations d’une ville intelligente :

Selon Rick Robinson, sept étapes sont impliquées dans la création et la réalisation d’une vision de la ville intelligente :

  1. Définir ce que signifie une « ville plus intelligente »

  2. Convoquer un groupe de parties prenantes pour co-créer une vision spécifique de la ville intelligente ; Et établir une gouvernance et un processus décisionnel crédible

  3. Structurez votre approche à une ville intelligente en tirant parti des ressources disponibles et de l’expertise

  4. Établir le cadre de la politique

  5. Remplir une feuille de route qui peut fournir la vision

  6. Mettre le financement en place

  7. Activer les communautés et s’engager dans l’informalité : comment rendre plus intelligent un processus autonome

Nous fournirons un peu plus de détails de ces points dans un prochain article


Conclusion
 :                 

Il est encourageant de constater qu’il existe tellement de choses positives sur le potentiel de la technologie pour créer de la valeur dans les villes.

Le sujet est vaste et intéressant et nécessitera d’autres articles pour éclaircir un peu plus les principes et étapes citées plus haut.

0

Astuces

L’économie de partage est l’une des tendances les plus populaires du monde en ce moment – et chez Rosie Bot, nous sommes immensément fiers de faire partie de ce mouvement passionnant et croissant.

Nous avons tous entendu parler de Airbnb, n’est-ce pas ? Eh bien, louer votre chambre libre en ligne est juste la pointe du partage de l’iceberg de l’économie. Vous pourriez aider quelqu’un en quête d’un objet en lui prêtant cette robe de créateur que vous ne portez jamais, ou en fournissant un cadeau d’anniversaire très apprécié à un total étranger.

Avec 2016, c’est l’année où l’économie de partage a éclaté dans notre vie quotidienne, nous avons compilé une liste de certaines des meilleures façons dont vous pouvez l’utiliser pour gagner un peu d’argent supplémentaire – simplement en utilisant plus efficacement ce que vous avez déjà posséder.

Une étude publiée par Statistique Canada révèle que les Canadiens ont dépensé 1,3 milliard $ entre le mois de novembre 2015 et le mois d’octobre 2016 en services de transport entre particuliers et de location de logement privé.

Durant cette période, près de 10 % des personnes âgées de 18 ans et plus interrogées par Statistique Canada, soit 2,7 millions de Canadiens, ont indiqué avoir participé à l’économie du partage en utilisant des services de transport entre particuliers tels que Uber ou Lyft ou encore des services de location de logement privé comme Airbnb ou Flipkey.

« L’économie du partage a le potentiel de jouer un rôle de plus en plus important dans l’économie canadienne », affirme Statistique Canada qui présente l’économie de partage « comme une activité facilitée par les plateformes numériques dans laquelle les gens louent leurs compétences et offrent leurs ressources en échange de montant d’argent. »

Les services de transport entre particuliers ont été utilisés par 7 % des personnes interrogées.

Les dépenses associées à cette activité ont totalisé 241 millions $. Les utilisateurs ont dépensé en moyenne 122 $.

Le recours aux services de transport entre particuliers est fort populaire chez les 18 à 34 ans. Les jeunes adultes représentent le tiers de la clientèle des Uber et Lyft de ce monde. À peine 2,1 % des personnes âgées de 55 ans ont répondu à Statistique Canada qu’elles avaient utilisé les services de transport entre particuliers.

Tant les hommes (51 %) que les femmes (49 %) ont utilisé les services de mise en contact entre passagers et chauffeurs à l’aide d’une application mobile qui agit comme intermédiaire et procède au paiement du passager au chauffeur.

Dans la région de Québec, ces services n’ont rejoint que 4 % de la population. La popularité des services de transport entre particuliers est nettement plus forte dans les régions d’Ottawa-Gatineau (17,6 %) et de Toronto (15 %).

1,1 milliard $ pour se loger 

De novembre 2015 à octobre 2016, les Canadiens ont dépensé près de 1,1 milliard $ en services de location de logement privé, et ce, tant au Canada (367 millions $) qu’à l’étranger (698 millions $).

En moyenne, chaque utilisateur a dépensé 890 $ pour se loger par l’entremise d’Airbnb, de Flipkey ou de tout autre service de mise en contact entre voyageurs et hôtes à l’aide d’une application mobile ou d’un site Internet qui agit comme intermédiaire et procède au paiement du voyageur à l’hôte.

Au pays, 4,2 % des personnes questionnées par Statistique Canada ont dit utiliser les services de location de logement privé. Les 25 à 44 ans en sont les principaux utilisateurs.

Deux régions, celles de Winnipeg (3,1 %) et de Québec (3,6 %), affichent les plus faibles proportions d’utilisateurs de services de location de logement privé. C’est à Ottawa-Gatineau (8,5 %) et à Calgary (7,6 %) que les proportions sont plus élevées.

Par ailleurs, Statistique Canada fait valoir que peu de Canadiens offrent des services de partage.

À peine 0,3 % dans le cas des services de transport entre particuliers et 0,2 % dans les services de location de logement privé. Ci-dessous une liste d’activités d’économie de partage :

1. Louez votre logement

Nous allons commencer assez grand public. Peut-être le plus établi des activités de l’économie de partage, la location à court terme de biens via des sites Web tels que Airbnb et Flipkey est un énorme phénomène du 21ème siècle. Des millions de propriétaires à travers le monde transforment leur espace inutilisé en une source lucrative de revenus supplémentaires, certains vont même jusqu’à effacer l’ancienne chambre de leurs enfants et commencer à gagner de l’argent !


2. Louez votre allée

Si vous avez un espace de stationnement de rechange sur votre allée, vous pouvez le louer à travers notre site. Il est facile de régler vos temps de disponibilité, donc même si vous avez besoin de votre espace la nuit, vous pouvez gagner de l’argent auprès des personnes qui l’utilisent pendant vos heures de travail. Si vous habitez à proximité d’un centre-ville, d’un stade ou d’un lieu de concert, vous pouvez générer $ 1,000 par an – et il est gratuit de lister votre espace. Intéressant, hein ?


 3. Livrer des colis pour les personnes
 
Saviez-vous que vous pouvez gagner de l’argent en fournissant des colis à des étrangers sur votre chemin de vacances ? Jwebi fait correspondre des demandes de livraison avec des personnes de la même direction – ce qui signifie que vous pouvez gagner de l’argent simplement en effectuant votre voyage habituel plus quelques points d’arrêt sans prendre de détours.
  

4. Faire des courses pour les gens

Faire des tâches d’autrui ne ressemble pas exactement à des jeux amusants, mais des sites d’emplois tels que kijiji et des plateformes d’affichage publicitaire telles que Craiglist ont de très bonnes opportunités pour gagner de l’argent pour prêter main forte. Payez pour aider à déplacer les meubles de quelqu’un, tondre leur pelouse ou même faire leurs courses. Si vous êtes à la pointe du savoir-faire au bricolage, vous pourrez certainement vous faire plein d’argent.


5. Stocker des objets pour d’autres personnes

L’espace de stockage peut être une marchandise lucrative, en particulier dans les villes densément peuplées, et où les gens sont disposés à payer un bon prix pour que vous stockiez leurs affaires. Il est gratuit de lister votre espace sur Sharebee , et une fois que vous avez trouvé un candidat approprié, vous pourrez vous contenter d’un bon paiement de location mensuel. No brainer !


6. Faire du covoiturage

Les services de covoiturage tels que amigoexpress vous aident à combler des sièges vides dans votre voiture en permettant aux personnes de payer une partie du trajet en guise de retour d’ascenseur. Vous proposez simplement le voyage que vous allez prendre, et l’un des membres de leur communauté de passagers contrôlés peut réserver et payer une place dans votre voiture si elle se dirige vers la même destination. Bien que vous ne fassiez pas vraiment de profit, c’est certainement une manière utile et très sociable de réduire vos coûts d’essence.

 
7. Louer votre voiture
 
Si vous vous sentez particulièrement audacieux, vous pouvez louer toute votre voiture via turo – et gagner jusqu’à 1 000 $ par mois dans le processus, selon leur site. Les propriétaires de voitures ou de camions peuvent s’inscrire en ligne gratuitement, créer un profil de leur véhicule et attendre que les réservations commencent à rouler. Un conducteur louant votre voiture paiera en avance en ligne, puis viendra le récupérer de chez vous au début de la période de réservation.

 8. Louez vos articles ménagers
 
Saviez-vous que la foreuse moyenne est utilisée entre 6 à 20 minutes pendant toute sa durée de vie ? Des outils électriques à des instruments de musique, des sites Web tels que alloVoisins vous permettent de louer vos articles inutilisés auprès des personnes locales de votre quartier, ce qui signifie que vous obtenez de l’argent supplémentaire pour rien et qu’ils ne doivent pas acheter une perceuse électrique pour faire par exemple un trou dans un mur. Un modèle gagnant-gagnant, à coup sûr.
 
9. Louez vos vêtements de créateurs
 
Cette robe de créateurs que vous avez achetée pour une bonne soirée de travail et pour ne porter qu’une seule fois ? Vous pouvez effectivement la prêter à d’autres partisans par alloVoisins à Québec ou dresswing en France et gagner quelques dollars chaque fois qu’elle est utilisée. Une façon très économe de profiter au maximum d’une armoire pleine de vêtements que vous portez rarement, plutôt que de les laisser désireux de rassembler de la poussière.
 
10. Vendez vos objets indésirables
 
Nous connaissons tous eBay, mais il existe une gamme de plates-formes différentes que vous pouvez utiliser pour vendre des choses que vous ne voulez plus. Etsy est spécialisé dans les produits faits à la main ; Ssense est l’endroit pour les vêtements et la mode ; Rabaisrabais se concentre sur les smartphones et les tablettes ; Et il est toujours intéressant de vérifier Amazon Marketplace et letgo aussi – vous pourriez trouver que vous obtenez un meilleur prix pour vos articles.
0