Your address will show here +12 34 56 78
Astuces, Blockchain

Pourquoi investir ?


Dans l’article paru sur Masterjira.com intitulé « Du Bitcoin pour du FCFA », nous avons découvert ce qu’est une cryptomonnaie, notamment le Bitcoin, et comment elle était générée. A présent découvrons ensemble pourquoi les cryptomonnaies représentent une formidable manne d’investissement.


Outre le mode de création et circulation, les cryptomonnaies sont gérables comme les monnaies classiques. Ainsi il est donc possible de faire de la gestion de portefeuille classique avec les cryptomonnaies : soit en faisant de l’épargne, soit en faisant du trading traditionnel.


Mais alors, quel est l’intérêt ? Pourquoi ne pas, une fois les réticences liées au système monétaire traditionnel surmontées, se contenter de faire de la gestion de portefeuille classique ?


Et bien tout simplement parce qu’avec les cryptomonnaies, le retour sur investissement bat tous les records.


Par exemple, le Bitcoin, la cryptomonnaie la plus connue, a vu sa valeur augmenter de près de 2000% rien qu’en 2017. D’autres moins médiatisées mais tout aussi performantes ont suivi le même schéma, on a le Ripple qui a vu sa valeur augmenter de +35000% ou encore l’Etherum qui a augmenté de +10000%. Il existe ainsi plus de 1200 cryptomonnaies, chacune présentant des rentabilités ultras performantes.


De plus, de par l’essence même de la monnaie virtuelle, le marché est mondial, et de nombreux organismes se sont déjà positionnés comme accompagnants de tous ceux voulant tenter l’aventure de l’investissement dans les cryptomonnaies.

Cryptology represents the future of privacy [and] by implication [it] also represents the future of money, and the future of banking and finance.”

–Orlin Grabbe, Economist, Prolific Writer 

Comment investir ?

Une fois que tout cela est entendu, une question nous trotte automatiquement en tête : Comment investir ? Quel est le minimum d’investissement requis ? Comment convertir ma monnaie virtuelle en devise courante ?

Comment investir ?


L’investissement dans les cryptomonnaies est de plus en plus démocratisé. En effet la multiplication des agences de gestion de portefeuilles qui propose un accompagnement dans la création et gestion d’un portefeuille privé y est pour beaucoup.

1. J’obtiens la monnaie 


Pour investir, il faut tout d’abord obtenir de la monnaie. Cela peut se faire de plusieurs façons :

+ Soit via la participation à la levée de fonds d’une start-up de minage, qui, voulant créer une nouvelle monnaie virtuelle et étant en recherche de financement, propose en contrepartie une ICO (Initial Coin offering) qui consiste à vendre de façon anticipée un certain nombre d’unités de cryptomonnaie aux investisseurs intéressés par le lancement

+ Soit devenir soi-même mineur

+ Soit proposer un bien ou service et demander à être payé en monnaie virtuelle

+ On peut également passer par une plateforme d’échange en ligne (ex : plateforme Coinbase, Bittrex). La monnaie de référence de ces plateformes est le Bitcoin, il faudra donc s’en procurer en amont. (Source https://www.cryptoencyclopedie.com/comment-acheter-ou-investir-bitcoin)



2. J’ai obtenu la monnaie, et après ?


La prochaine étape est de stocker cette monnaie. On utilise pour cela un portefeuille électronique. Il existe des portefeuilles électroniques adaptés pour chaque type de cryptomonnaie qu’on possède. Il existe également des portefeuilles multi cryptomonnaies. Il est conseillé de sécuriser ces portefeuilles car le piratage des clés de chiffrement (voir article « Du Bitcoin pour du FCFA  » dans lequel est expliqué le fonctionnement des cryptomonnaies) est une menace sérieuse à prendre en compte.



3. Enfin, passer à la phase d’investissement proprement dite


2 modèles traditionnels de gestion de portefeuille sont possibles.


+ Rechercher une rentabilité fixe, avec une rentabilité possible de 10% annuelle en moyenne

+ Rechercher des gains maximums via le trading : la grande volatilité des cours permet d’obtenir des bénéfices énormes. Mais le risque étant très élevé – car la valeur des cryptomonnaies fluctue énormément, les probabilités de perte sont également grandes.


Saxo, cryptos-maker.com, avatrade.fr, cryptopartnersinvest.fr sont autant de courtiers en ligne proposant de l’aide au trading des cryptomonnaies. Ils se rémunèrent en commission sur les gains réalisés.

Il faut tout de même garder en mémoire que les plus-values réalisées sur les opérations boursières sont taxées par l’Etat.


Quel est le minimum d’investissement requis ?


Le site « meilleursbrokers.com » donne un comparatif des meilleurs courtiers en ligne. Ainsi selon leur classement, le dépôt minimum varie entre 0€ et 1000€ selon le courtier.

On se rend donc compte que trader en cryptomonnaie est à la portée de tous, qu’on soit spécialiste du trading ou qu’on ait besoin d’un accompagnement.

L’un des avantages des courtiers en ligne est qu’ils proposent des comptes d’essai gratuits pour apprendre à trader, des informations actualisés sur le monde des cryptomonnaies, et la possibilité de commencer à trader avec des devises traditionnelles (dépôt minimum).



J’ai investi, j’ai gagné, comment je récupère mes gains en monnaies traditionnelles ?


On peut convertir la cryptomonnaie et en récupérer la valeur :



+ Soit en bureau de change physique : il y est possible d’acheter ou vendre des bitcoins ou autres cryptomonnaies en présentant une pièce d’identité et en étant titulaire d’un portefeuille électronique. En France il s’agit de La Maison du Bitcoin.

+ Soit en ligne via le dépôt sur un marché électronique et la vente à un acheteur intéressé. Le marché électronique va convertir rapidement et facilement vos bitcoins en euros et les transférer sur votre carte bancaire, votre compte en banque ou sur le portefeuille électronique de votre choix.

 

Sources :

https://www.cryptoencyclopedie.com/comment-acheter-ou-investir-bitcoin

http://blog.cryptopartnersinvest.fr

http://valeur-crypto.com

www.meilleursbrokers.com

0

Blockchain

On entend beaucoup parler de ce terme, sans savoir exactement ce que c’est. Aujourd’hui nous vous proposons donc de découvrir ensemble ce que signifie Blockchain, et ce que ça implique dans le monde des NTIC.

 

C’est parti !

La blockchain ou chaine de blocs est, comme son nom l’indique, une chaine de blocs de données. Imaginez un panel d’utilisateurs chacun envoyant des informations. Ces informations sont regroupées et sécurisées par cryptographie. C’est comme ça que sont constitués les blocs. Chaque bloc complet crée un code de sécurité qui sert de lien vers le prochain bloc. Les blocs sont ainsi reliés entre eux, ce qui crée progressivement une chaîne de bloc. Cette opération est répétée à intervalles de temps réguliers. Les données sont stockées de façon distribuée, c’est-à-dire que la gestion de la base est faite par des ordinateurs interconnectés.

La blockchain propose plusieurs sérieux avantages :

+ La transparence : tout le monde peut consulter la base de données

+ L’absence d’organisme de contrôle : pas de tiers dans les transactions, tout se fait entre particuliers

+ La sécurisation des données et la non falsification possible des données : la base de données est cryptée de façon asymétrique ; il faut donc une clé publique et une clé privée pour faire des échanges dans le réseau

+ Le caractère distribué de la base de données fait qu’elle existe simultanément sur tous les ordinateurs du réseau qui la constitue

+ Enfin le processus de « minage » dont on a déjà parlé dans l’article « Du bitcoin pour du FCFA » assure que les transactions qui y sont effectuées sont valides (il est question de résoudre des équations mathématiques complexes à l’aide de logiciels appelées mineurs de bitcoin ; ceci est fait par des « mineurs ». Plus les équations sont complexes, plus les démineurs sont nombreux, plus la mine est grande, plus ils sont rémunérés).

Les applications



La blockchain peut s’appliquer :

+ Aux économies de partage en général : Uber, bla bla car, Air bnb. Un exemple concret est le projet TransActive Grid qui combine économie de partage et énergie renouvelable

+ Aux cryptomonnaies :  Solarcoin, bitcoin

+ À la lutte contre la fraude : conformité et intégrité de documents officiaux et confidentiels

+ Pour diminuer les coûts de transaction bancaire, d’assurance

+ Pour faciliter le dédommagement des assurés

+ Pour évaluer le travail collaboratif : L’évaluation de la valeur créée sur un projet sur la base de la méritocratie ; plus vous travaillez, plus votre quote-part dans le projet sera visible, de façon automatique.

Pour conclure, la technologie de blockchain semble représenter le futur. Ses applications sont multiples, et de nombreux pays et acteurs économiques majeurs à l’instar de AXA, Bouygues ou même le Venezuela se penchent sur le sujet et cherchent des moyens de mettre à profit ses propriétés. Le seul bémol qui a été souligné pour l’instant est la consommation énergétique importante entraînée par les « pool » de minage.

0

Blockchain

Grosse nouvelle de cette fin d’année 2017 : dans une conférence télévisée le 03 Décembre 2017, le Président du Venezuela Nicolas Maduros, a annoncé la création prochaine de la cryptomonnaie vénézuélienne, le « Petro », en référence au pétrole.


Celle-ci sera basée sur les réserves de pétrole, de gaz, les stocks d’or et de diamants du pays, et servira à contourner le blocus financier auquel est soumis le pays, à savoir les sanctions économiques appliquées par les Etats-Unis depuis Août dernier et les mauvaises notations des agences économiques.


Le Venezuela est ainsi le premier pays au monde à manifester officiellement sa volonté de rentrer de plein pied dans le marché des monnaies virtuelles en tant que pays et d’utiliser les nouvelles technologies monétaires pour servir son développement économique et social. La création de cette monnaie s’accompagnera de la création d’un observatoire de la blockchain.


Mais Quelles sont les raisons qui poussent le Venezuela à se lancer ?




Très bonne question ! Plusieurs hypothèses nous viennent en tête : peut-être que Nicolas Maduro a fait un rêve comme Martin Luther King dans son fameux « I have a dream » et s’est levé un matin en criant à ses ministres : ‘allez, aujourd’hui on crée notre monnaie virtuelle, youpi !!’ ? Ou plus sérieusement, peut être que le Venezuela voit cette monnaie comme une opportunité de sortir du marasme dans lequel il se trouve via des financements étrangers ?


Petro / Pétrole




Ce qu’il faut avoir en tête c’est que le Venezuela est un pays producteur de pétrole, la plus grosse réserve de pétrole au monde, devant l’Arabie Saoudite. Ceci lui a permis de connaître des périodes très prospères, avec des PIB par tête avoisinant les 7000 dollars. La belle époque a duré jusqu’à l’avènement de Hugo Chavez au pouvoir.
En effet ce dernier a promu une politique socialiste et du presque tout gratuit, a nationalisé tous les secteurs d’activité créateurs de richesse, n’a entrepris aucune politique de production locale. Les dépenses de l’Etat étant essentiellement soutenues par les richesses au préalable accumulées et la vente de pétrole, entre 1999 et 2003 le pays connut une crise due à une chute du prix du baril du pétrole à 10 dollars, provoquant une chute du pouvoir d’achat par habitant de plus de 2000 dollars. Malgré le léger mieux de la situation économique suite à une augmentation internationale des prix du pétrole en 2001, la modification du régime de change de la monnaie nationale (le Bolivar), passant d’un taux flottant à un taux fixe a provoqué une dépréciation de celle-ci. Ajouté à cela l’instabilité politique, le PIB a connu une chute de 8%.

Au fil des tentatives du gouvernement pour redresser la barre (notamment faire marcher la planche à billets), le pays a connu des taux d’inflation record. En 2009 il était de 15%, et ceci a poussé le gouvernement Vénézuélien a dévalué le Bolivar une fois de plus.


Depuis 2014 le pays est dans une situation assez grave. Les produits de première nécessité sont rationnés, et la pauvreté augmente à cause de l’effondrement des prix du pétrole.


En 2014 une nouvelle devise internationale est lancée sur le marché, mais malheureusement elle ne rencontre pas un franc succès, car le trading en dollar de cette devise était interdit. Ceci s’explique par le fait que la réserve en dollars du pays est dangereusement basse (elle est passée de 35 milliards de dollars en 2009 à 20 milliards en 2014).


En 2015 Le déficit public du Venezuela est estimé à 20% du PIB.




La situation actuelle au Venezuela est la suivante : des réserves en dollars qui s’épuisent tous les jours, un taux d’inflation record, une pauvreté grandissante, un marché noir de change du Bolivar en dollar florissant, l’exode de la population fuyant la pauvreté vers les pays voisins (Chili, Colombie, Brésil), un climat global instable, une dette extérieure de 150 milliards de dollars. Le pays se retrouve également confronté à l’appétence de ses citoyens pour le bitcoin, qui est devenu une valeur refuge face à la perte de valeur de la monnaie nationale. En effet depuis fin 2016 le bitcoin, du fait de tous les avantages d’utilisation qu’il offre, est utilisé par les vénézuéliens pour contrer l’interdiction d’échange en devise étrangère imposée par le gouvernement.

 

Le Petro à la rescousse ?




Contourner les contraintes du système classique via une cryptomonnaie est une bonne idée. Cependant ce qui fait la particularité et l’attractivité du bitcoin, c’est le fait qu’il n’est régi par aucune autorité étatique. Les conditions de génération et d’utilisation sont libres. Or si on se fie à la politique actuelle du gouvernement vénézuélien, l’heure est au contrôle absolu. Rien ne garantit que l’interdiction d’échanger les devises étrangères avec le bolivar appliquée aujourd’hui ne sera pas étendue au Petro. Rien ne garantit non plus que l’émission de la cryptomonnaie, qui suivant le modèle du bitcoin devrait être libre, ne sera pas contrôlée par le gouvernement. Enfin, pour l’instant le seul bien que le Venezuela ait à vendre de façon pérenne est le pétrole. Or ce commerce se fait à grande échelle, pas à l’échelle du particulier. Quelle garantie les opérateurs particuliers auront-ils que la monnaie virtuelle vénézuélienne a une valeur sur le marché virtuel ? Lorsque la valeur du Petro repose sur un pétrole dont la production n’est pas garantie faute d’investissement de la compagnie nationale de pétrole vénézuélienne PDVSA. Idem pour les matières premières contenues dans le sous-sol.


Ce sont autant de challenges que le Venezuela devra vaincre pour pouvoir asseoir véritablement sa nouvelle vision économique.

N’hésitez pas à commenter et partager cet article et inscrivez-vous à notre news letter pour suivre nos réflexions sur la blockchain.

0

Blockchain

L’Afrique francophone est en ébullition. En effet la jeunesse gronde et réclame à corps et à cri une prise de conscience panafricaniste sur bien des fronts :
+ le respect et la dignité du peuple noir en manifestant contre l’esclavage,
+ le rejet de l’ancien colon qui ne veut pas perdre son emprise sur les richesses africaines,
+ la renaissance des langues africaines dans toute leur splendeur,
+ et l’autonomie économique totale, pour ne citer que ceux-là.

L’un des fers de lance de cette dernière bataille est l’abandon du FCFA comme monnaie et l’adoption d’une monnaie propre. Mais comment créer une monnaie classique forte, lorsqu’on sait que l’économie de nombreux pays africains francophones , anciennes colonies françaises, ou européennes, ne remplit aujourd’hui pas les critères permettant l’émergence d’une monnaie forte, une monnaie garantissant premièrement un maintien de leur niveau économique (pas de dévaluation ni de répression), et deuxièmement une croissance du pouvoir de la monnaie : les pays africains souffrent d’un manque d’industrialisation forte dans tous les secteurs,  les investissements étrangers (autres que l’ancien colon) sont souvent frileux, le tissu entrepreneuriale n’est pas encore suffisamment fort ( avec la présence non seulement de TPE/PME mais aussi de compagnies nationales et multinationales d’origine locale, etc…).

A l’heure où la technologie avance à la vitesse de la lumière, une monnaie a déjà vu le jour : le bitcoin. Alors est-ce possible pour les pays africains désirant une monnaie qui leur serait propre, d’adopter et contextualiser cette monnaie ?

 


Déjà, Le bitcoin, qu’est-ce que c’est ?


Le bitcoin est une monnaie électronique décentralisée. La seule qui permet aux particuliers de faire des transactions entre eux sans aucun intermédiaire, surtout pas les institutions financières ! Cette particularité permet d’avoir des frais de transaction plus bas. Les bitcoins sont utilisables dans tous les pays, ne sont pas gelables, et ne sont soumis à aucune condition particulière lors de leur utilisation.


Pour les générer, n’importe quel utilisateur (qui en a la capacité) via le réseau internet fait tourner des logiciels qu’on appelle « mineur de bitcoins », de façon prédictible et limitée ; exit donc les banques centrales et toutes les réglementations lourdes en vigueur. Ils sont ensuite contenus dans des porte feuilles, exactement comme les portefeuilles électroniques. Pour résumer, pour créer des bitcoins il faut un réseau internet et des utilisateurs des logiciels mineurs de bitcoins.

 

 

 

L’un des gros avantages des bitcoins est la transparence qu’ils offrent. En effet le bitcoin est un logiciel libre tout y est donc public :
+ les protocoles de base,
+ les algorithmes cryptographiques utilisés,
+ les programmes les rendant opérationnels,
+ les données des comptes
+ et les débats des développeurs.

En ce qui concerne le côté pratico pratique, on peut déjà les utiliser pour réaliser des achats sur certaines plateformes. On peut en recevoir d’une tierce personne, ou on peut tout simplement les échanger contre les devises comme le dollar, l’euro, le Yuan, etc… Il est également possible de les gagner en participant aux opérations de contrôle collectif de la monnaie.  Il n’y a aucun frais d’émission ou de conversion de cette monnaie, ce qui permet à certains entrepreneurs de se démarquer en les acceptant.

En tant que monnaie le bitcoin est à la fois un intermédiaire de paiement et une réserve de valeur.

En résumé le bitcoin est une monnaie utilisable partout, et émissible partout.

 

 

 

Bye bye FCFA, bonjour Bitcoin? 

 


Plusieurs raisons sont évoquées pour rejeter le CFA :
+ taux de change dépendant de l’euro,
+ monnaie fabriquée en France,
+ réserves de change stockées au trésor français,
+ et enfin le CFA est considéré comme un outil de néo colonialisme nocif à une économie africaine prospère.

En effet nos économies ne sont pas suffisamment fortes pour être adossées, via le taux de change, à une monnaie aussi forte que l’euro. La nécessité de maintenir un taux de parité stable entre le CFA et l’Euro bride les politiques de promotion interne du tissu économique africain.

Le fonctionnement actuel est le suivant :
+ la Banque de France fabrique les FCFA et les stocke dans ses réserves.
+ Elle en met à disposition de la BEAC qui elle les met à la disposition des différents ETATS.


Conserver un taux de change fixe entre l’Euro et le FCFA garantit la non dévaluation du FCFA, et donc le niveau de vie des populations. Pour ce faire, il faut que les réserves de CFA contenues à la Banque de France soient maintenues.

Chaque Etat doit quant à lui :

+ Produire à l’échelle nationale et vendre à l’échelle nationale : il faut que la monnaie puisse circuler facilement sur le territoire national, qu’elle soit acceptée par tous les commerces. C’est le cas du CFA.
+ Exporter : dans ce cas, la devise CFA doit d’abord être convertie en Euro.
+ Importer : Pour pouvoir acheter à l’étranger, le CFA doit d’abord être converti en la monnaie sur laquelle elle est adossée.



Comment cela se passerait-il avec le bitcoin ?


 

Globalement les nécessités sont les mêmes. Si on remplaçait les CFA par les bitcoins, on supprimerait les intermédiaires banques dans les transactions.

Le pré requis est cependant d’acquérir la capacité de fabriquer des bitcoins : achat de contrats de minage ou matériel propre, et formation de personnes compétentes (population et les pouvoirs publics) à la création et utilisation des bitcoins.

Ensuite il faudrait penser la mise en place d’un organe de régulation et de contrôle, surtout pour s’assurer de ne pas dépasser les limites autorisées.

Concernant l’émission de la monnaie :
+ tout citoyen africain équipé correctement pourra en produire.
+ Les différentes banques centrales n’auraient plus lieu d’être ;
+ il n’y aurait donc plus de nécessité de maintenir des réserves de CFA à la banque de France et de mettre en place des mécanismes pour stabiliser ces réserves.


Marché national
 : le bitcoin doit pouvoir être facilement utilisé et circuler facilement. La difficulté ici pourrait résider dans le fait que la monnaie est jeune et son utilisation est méconnue du grand public. Certes l’Afrique a l’habitude des portefeuilles électroniques, qui sont devenus le moyen de paiement par excellence qui a permis de contourner la précédente absence ou manque de praticité des cartes bancaires, mais la vulgarisation du réflexe internet et de l’utilisation des logiciels n’en est qu’à ses balbutiements. Il faudrait prévoir de la formation pour faciliter l’utilisation des logiciels « mineurs de bitcoin » et ainsi s’assurer de la présence de la monnaie.

Pour les importations : la majorité des transactions sont possibles sur internet, donc payer des importations via bitcoins est tout à fait possible. Encore une fois le seul frein pourrait être le manque de vulgarisation de la monnaie.

Pour les exportations : les acheteurs étrangers pourront payer en bitcoins. Les pays africains pour être compétitifs sur le marché mondial devront donc booster leur économie : industrialisation, infrastructures solides, investissements locaux, investissements étrangers, etc…

 


Une alternative possible avec le bitcoin ?

 

Comme dit plus haut, les bitcoins sont émissibles partout, dès qu’on dispose d’un réseau internet, de logiciels mineurs de bitcoin, et de mineurs capables de déminer.

Passer du FCFA au bitcoin d’un point de vue strictement technique est possible. Malheureusement il y a des pré requis politiques et économiques.

 

Précisons que le Bitcoin africain pourrait avoir un nom plus local comme « Digital Afro Coin ».

1

Blockchain

Cet article a été inspiré par le World Economic Forum.

Beaucoup de gens le savent comme la technologie derrière Bitcoin, mais les utilisations potentielles de blockchain s’étendent bien au-delà des monnaies numériques. Ses admirateurs comprennent Bill Gates et Richard Branson, et les banques et les assureurs se rencontrent pour être les premiers à savoir comment l’utiliser.  

Alors, qu’est-ce que Blockchain, et pourquoi Wall Street et Silicon Valley sont-elles si enthousiastes?  

 

Qu’est-ce que le blockchain?  

 

Actuellement, la plupart des gens utilisent un intermédiaire de confiance comme une banque pour effectuer une transaction. Mais blockchain permet aux consommateurs et aux fournisseurs de se connecter directement, supprimant le besoin d’un tiers. En utilisant la cryptographie pour sécuriser les échanges, blockchain fournit une base de données décentralisée, ou «grand livre numérique», des transactions que tout le monde sur le réseau peut voir. Ce réseau est essentiellement une chaîne d’ordinateurs qui doivent tous approuver un échange avant de pouvoir être vérifiés et enregistrés. 

 

Comment cela fonctionne-t-il dans la pratique?  

 

Dans le cas de Bitcoin, le blockchain stocke les détails de chaque transaction de la monnaie numérique, et la technologie arrête le même Bitcoin dépensé plus d’une fois. 

 How a blockchain works

 

Pourquoi est-ce si révolutionnaire? 

 

La technologie peut fonctionner pour presque tous les types de transactions impliquant de la valeur, y compris l’argent, les biens et les propriétés. Ses utilisations potentielles sont presque illimitées: de la perception de taxes à la possibilité pour les migrants d’envoyer de l’argent à leur famille dans les pays où les opérations bancaires sont difficiles. 

 

Le Blockchain pourrait également aider à réduire la fraude parce que chaque transaction serait enregistrée et distribuée sur un registre public pour que quiconque puisse voir. 

 

Qui l’utilise? 

 

En théorie, si blockchain devient mainstream, n’importe qui ayant accès à Internet pourrait l’utiliser pour faire des transactions. 

 

Actuellement, seule une très faible proportion du PIB mondial (environ 0,025%, soit 20 milliards de dollars) est détenue dans le blockchain, selon un sondage du Global Agenda Council du World Economic Forum. 

 

Mais la recherche du Forum suggère que cela va augmenter de manière significative au cours de la prochaine décennie, alors que les banques, les assureurs et les entreprises technologiques voient la technologie comme un moyen d’accélérer les règlements et de réduire les coûts. 

 

Les entreprises qui se lancent dans l’adaptation du blockchain comprennent UBSMicrosoft, IBM et PwC. La Banque du Canada expérimente également la technologie. 

 

Un rapport du consultant en technologie financière Aite a estimé que les banques ont dépensé 75 millions de dollars l’année dernière en blockchain. Et les investisseurs en capital-risque de la Silicon Valley font aussi la queue pour le soutenir. 

 Estimated bank spending on blockchain tech

0